Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/public/parametrer.php on line 103

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/public/parametrer.php on line 108

Strict Standards: strtotime(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 753

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/filtres.php on line 753

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62

Strict Standards: date(): It is not safe to rely on the system's timezone settings. You are *required* to use the date.timezone setting or the date_default_timezone_set() function. In case you used any of those methods and you are still getting this warning, you most likely misspelled the timezone identifier. We selected 'Europe/Berlin' for 'CEST/2.0/DST' instead in /homepages/33/d392700496/htdocs/ecrire/inc/log.php on line 62
Quatrième internationale http://quatrieme-internationale.org/ fr Quatrième <br/>internationale http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L116xH128/siteon0-e5814.png http://quatrieme-internationale.org/ 128 116 Déclaration du VIIIe Congrès mondial de la IVe Internationale http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article424 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article424 2013-04-29T18:28:24Z text/html fr Devan <p>Le VIIIe Congrès mondial de la IVe Internationale vient de clore ses travaux. Nous, délégués de 50 pays, qui avons participé à ce congrès, voulons soumettre nos principales conclusions à la discussion.<br class='autobr' /> L'ordre du jour de notre congrès prévoyait une large discussion consacrée à la lutte contre la guerre et les interventions et occupations militaires qui, partout, menacent l'humanité.<br class='autobr' /> Mais, alors même que se poursuivait cette discussion, une dépêche de presse tombait : « Le gouvernement de Mariano Rajoy a (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>29 avril 2013</div> <div class='rss_texte'><p>Le VIIIe Congrès mondial de la IVe Internationale vient de clore ses travaux. Nous, délégués de 50 pays, qui avons participé à ce congrès, voulons soumettre nos principales conclusions à la discussion.</p> <p>L'ordre du jour de notre congrès prévoyait une large discussion consacrée à la lutte contre la guerre et les interventions et occupations militaires qui, partout, menacent l'humanité.</p> <p>Mais, alors même que se poursuivait cette discussion, une dépêche de presse tombait : « <i>Le gouvernement de Mariano Rajoy a autorisé les USA à déployer sur le territoire espagnol une force d'intervention rapide, en prévision d'un chaos généralisé prévu en Algérie. A la base de Moron de la Frontera située dans la province de Séville en Andalousie se déploieront dans les jours qui viennent un demi-millier d'éléments des forces spéciales, relevant du corps des Marines de l'US Navy, ainsi que 8 avions militaires américains. Cette force d'appoint américaine sera investie de la mission d'intervenir en Algérie où les prémices d'un chaos généralisé se font de plus en plus précises, notamment dans le sud du pays et à l'approche des présidentielles par lesquelles l'actuel président, Abdelaziz Bouteflika, compte s'éterniser au pouvoir en se confectionnant un scrutin le faisant succéder une 4ème fois à lui-même. Selon le journal londonien, Al Quds Al Arabi qui a rapporté cette information, la décision espagnole d'autoriser les USA à déployer leurs forces s'est prise inhabituellement vite. En effet, quelques jours ont suffi à Mariano Rajoy pour transmettre son feu vert à Washington pour dépêcher ses forces et ses avions témoignant ainsi par sa hâte de l'imminence du danger couvant en Algérie, le régime pouvant tomber en désuétude à tout moment. »</i></p> <p>Ainsi donc, l'impérialisme US procède à des préparatifs d'intervention en Algérie. A cet effet, une nouvelle fois, il fabrique de toutes pièces un scénario pour « justifier » une intervention militaire imminente, et cela au nom de « la démocratie » et de la lutte contre « le chaos ». La véritable raison n'est-elle pas le refus de l'Algérie de faire participer son armée nationale à la guerre de l'impérialisme français au Mali et de la financer ? La véritable raison n'est-elle pas à chercher d'abord dans le refus légitime de l'Algérie de céder aux exigences des multinationales, en préservant un contrôle majoritaire de l'Etat sur le gaz et le pétrole ? La véritable raison n'est-elle pas le refus ferme et clair de l'Etat algérien de toute ingérence, qu'il s'agisse de l'ingérence étrangère dans la politique intérieure du pays ou d'une ingérence algérienne à l'extérieur ?</p> <p>La menace qui se précipite contre la nation algérienne est d'une gravité majeure. Elle porte en elle la dislocation totale de la région. Saisi de cette information, le VIIIe Congrès mondial de la IVe Internationale a modifié son ordre du jour. La guerre devient désormais la forme permanente d'un système d'exploitation capitaliste en pleine crise de décomposition, qui ne parvient plus à survivre que par la destruction massive des forces productives, au premier rang desquelles : la destruction de la force de travail, et cela, alors que l'ensemble du système de domination politique de l'impérialisme est totalement ébranlé.</p> <p>La classe ouvrière, le mouvement ouvrier, entraînant avec eux toutes les couches populaires, refusant dans la clarté toute forme de soutien aux politiques guerrières, ont la capacité de contraindre l'impérialisme à reculer. Dans ce but, la IVe Internationale déploiera tous les efforts pour contribuer au déploiement de la plus large campagne dans l'unité qui s'impose pour empêcher l'intervention, campagne qui concentre aujourd'hui le combat pour en finir avec le système d'exploitation. Venus de tous les continents, les délégués au VIIIe Congrès mondial de la IVe Internationale ont, d'une seule voix, affirmé : « <i>Cette guerre d'agression contre l'Algérie ne doit pas avoir lieu ! Bas les pattes devant l'Algérie ! Non à l'intervention ! » et pris les dispositions pour appuyer et déployer sans délai à l'échelle internationale et dans chaque pays les plus larges initiatives d'unité sur ces mots d'ordre. </i></p> <p>Un délégué a rappelé : « <i>En 2003, le président Bush avait annoncé le plan US dit de Grand Moyen Orient, et en 2006, Condoleeza Rice annonçait le nouveau plan du Moyen Orient. C'était le dépeçage de toutes les nations sur des bases ethniques, religieuses et communautaires. Aujourd'hui, ces plans sont étendus dans toute la région du Sahel. L'Algérie qui s'est dressée comme nation dans la lutte révolutionnaire victorieuse contre le colonialisme français, devenue aujourd'hui le plus grand pays d'Afrique qui recèle des richesses et qui reste un Etat souverain devient un obstacle ».</i> C'est un fait : c'est bien cet « obstacle » que la menace d'intervention impérialiste imminente voudrait balayer.</p> <p>L'urgence de la situation née de cette menace contre l'Algérie exprime la profonde unité des problèmes auxquels les travailleurs et les peuples sont confrontés sur tous les continents. Un délégué a souligné : « <i>Concernant les pays opprimés par l'impérialisme, bien évidemment c'est à la classe ouvrière qu'il revient de prendre en charge les questions démocratiques nationales. Mais le front uni anti-impérialiste appelle, y compris, à passer des accords, à réaliser l'unité avec des organisations petite-bourgeoises voire nationalistes bourgeoises, ou même des fractions de l'appareil de l'Etat dès lors qu'il s'agit de résister à l'impérialisme. Mais la politique de front uni anti-impérialiste exige au préalable une politique indépendante. Parce que nous sommes pour la défense de la nation et de la souveraineté nationale, nous soutenons tout pas qui va dans ce sens. Partisans de la souveraineté du peuple, nous nous battons pour la démocratie véritable parce que nous sommes indépendants et que pour nous, la rupture avec l'impérialisme implique de restituer la parole au peuple, et la réappropriation de toutes les richesses. Pour nous, cette politique s'inscrit dans le combat pour un gouvernement ouvrier et paysan. » </i></p> <p>Les travaux du congrès de la IVe Internationale ont, comme prévu, dans un ordre du jour modifié, examiné tous les aspects de la situation mondiale : les guerres qui se multiplient et s'étendent en Afghanistan, en Irak, l'occupation militaire qui se poursuit en Haïti, les menaces d'interventions militaires impérialistes contre l'Iran et la Syrie, l'ingérence de l'impérialisme US au Venezuela, tout cela intervenant après l'intervention militaire impérialiste en Libye ; mais aussi les puissantes mobilisations révolutionnaires, qui, après la Tunisie et l'Egypte, ont marqué le continent européen et ouvert la voie à un ébranlement généralisé de toutes les institutions, les puissantes grèves et manifestations en Grèce, en Espagne, au Portugal contre les plans destructeurs de la troïka et les obstacles auxquels elles se heurtent. Le congrès de la IVe Internationale a bien passé en revue les différentes initiatives de front unique dont ses sections sont partie prenante sur les différents continents. Le congrès a conclu à la nécessité de travailler partout à construire et renforcer les sections de la IVe Internationale, en inscrivant la construction de partis révolutionnaires dans l'action, sous des formes appropriées à chaque pays, pour l'indépendance des organisations ouvrières, par la construction de partis ouvriers indépendants ou de regroupements ouvriers politiques indépendants dont la IVe Internationale revendique d'être une composante.</p> <p>De tout cela, il sera largement rendu compte dans le prochain numéro de <i>La Vérité</i> qui sera consacré au compte-rendu du congrès.</p> <p>Pour l'heure, nous voulons concentrer la conclusion de cette déclaration sur cette appréciation : l'engagement révolutionnaire des sections de la IVe Internationale – à savoir l'émancipation des travailleurs des chaînes de l'exploitation et de l'oppression par les travailleurs eux-mêmes – se concentre aujourd'hui dans l'engagement inconditionnel dans la campagne contre l'intervention en Algérie, en défense de son intégrité et de sa souveraineté. Cet engagement concentre en cet instant précis la position de principe de la IVe Internationale qui, en toutes circonstances, combat pour l'indépendance du mouvement ouvrier : contre la guerre, contre toutes les interventions militaires étrangères et les politiques d'ingérence, pour le retrait de toutes les troupes, pour le respect de la souveraineté de toutes les nations.</p> <p>Travailleurs, militants et jeunes de toutes tendances du mouvement ouvrier et démocratique, en cette heure de l'histoire de l'humanité où tout semble s'accélérer, la IVe Internationale vous invite à prendre connaissance de ses propositions, à poursuivre avec elle la discussion engagée, et à rejoindre son combat.</p> <p>Adoptée à l'unanimité par le VIIIe Congrès mondial de la IVe Internationale</p></div> 14 avril : la IVe Internationale et ses sections sont au côté des travailleurs et du peuple vénézuélien qui vont voter Maduro, contre l'impérialisme et son laquais Capriles http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article420 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article420 2013-04-05T20:51:00Z text/html fr Devan <p>La véritable commotion et la mobilisation populaire qui se sont emparées des rues du Venezuela à l'annonce de la mort du président Hugo Chavez trouvent leurs racines profondes dans les luttes des travailleurs et du peuple pour la souveraineté nationale et contre l'impérialisme.<br class='autobr' /> La réaction du président des USA, Barack Obama, a été de déclarer que la mort de Chavez « ouvre un nouveau chapitre » et d'annoncer que « les Etats-Unis continueront à soutenir des politiques qui soutiennent des principes (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>par le Secrétariat International de la IVe Internationale<br/>5 avril 2013</div> <div class='rss_texte'><p>La véritable commotion et la mobilisation populaire qui se sont emparées des rues du Venezuela à l'annonce de la mort du président Hugo Chavez trouvent leurs racines profondes dans les luttes des travailleurs et du peuple pour la souveraineté nationale et contre l'impérialisme.</p> <p>La réaction du président des USA, Barack Obama, a été de déclarer que la mort de Chavez <i>« ouvre un nouveau chapitre »</i> et d'annoncer que <i>« les Etats-Unis continueront à soutenir des politiques qui soutiennent des principes démocratiques »</i>. Ce qui, pour les peuples, sonne comme un avertissement. Car dans la bouche de l'impérialisme de tels <i>« principes »</i> ne recouvrent en réalité qu'une politique d'ingérence.</p> <p>Cette situation se répercute dans toute l'Amérique Latine.</p> <p>En fait, l'impérialisme US, sur lequel retombe le poids de la crise du capitalisme mondial, cherche à reprendre les positions perdues sur le continent en faisant pression sur tous les gouvernements pour qu'ils appliquent des mesures en faveur de ses multinationales.</p> <p>Ceci dans le cadre une offensive qui s'inscrit dans sa politique globale de guerre et d'exploitation visant à contenir la réaction des peuples qui, en Europe comme en Tunisie et en Egypte, refusent de payer la facture de la crise du système.</p> <p>Les manifestations de solidarité et de sympathie envers le peuple vénézuélien, de la part de peuples et de gouvernements d'autres pays, en particulier d'Amérique Latine, renforcent son combat pour la souveraineté. Laquelle se manifeste dans son attachement aux conquêtes qu'il a obtenues par de durs combats tout au long des 14 dernières années, qui se concrétisent dans une amélioration de ses conditions de vie.</p> <p>Ceci n'a été possible que parce que le gouvernement Chavez – fruit d'une vague de rejet de la politique de l'impérialisme américain qui a balayé le continent du nord au sud, et qui a conduit à l'élection des gouvernements qui - bien qu'ils gardent des différences entre eux - sont soutenus par des organisations populaires et syndicales (Équateur, Bolivie, Brésil, Uruguay) – a été amené, sous la pression de la lutte de classes, à adopter des mesures partielles, à différents niveaux, favorables aux intérêts des plus larges masses et contradictoires avec la domination de l'impérialisme.</p> <p>Cependant, la transition vers un régime socialiste au Venezuela suppose le monopole du commerce extérieur et l'expropriation des multinationales présentes dans diverses branches de l'économie, souvent associées au capital d'Etat, ainsi que certaines groupes de propriétaires des grands moyens de production.</p> <p>Indépendamment des limites du « chavisme » ou du « bolivarisme » (il abrite en son sein des secteurs patronaux — la « bolibourgeoisie » — qui profitent des affaires avec l'Etat) les masses populaires, dans les conflits du travail, les grèves et manifestations, ont imposé une situation nouvelle.</p> <h3 class="spip"> La question clé : le combat pour l'organisation indépendante de la classe ouvrière </h3> <p>La IVe Internationale et ses sections se sont toujours inconditionnellement mises du côté du peuple et du gouvernement vénézuéliens lorsque le gouvernement Chavez a adopté des mesures de rupture avec l'impérialisme, aussi minimes qu'elles aient été, et lorsqu'il a été agressé ou menacé par l'impérialisme US et ses laquais.</p> <p>En même temps, nous l'avons toujours fait sur la base d'une position indépendante considérant que l'avancée dans le processus révolutionnaire au Venezuela, comme dans tous les pays du monde, n'est possible qu'à partir de l'organisation de la classe ouvrière sur son terrain de classe, en opposition à l'impérialisme mondial et à la bourgeoisie.</p> <p>Ceci, tant sur le terrain syndical, dans le combat pour la consolidation de l'UNETE, produit directe de la résistance ouvrière contre le putsch pro-impérialiste d`avril et le lockout de PDVSA de décembre de 2002 qui ont donné lieu à fondation de la UNETE en avril 2003 ; comme sur le terrain politique par la nécessaire organisation d'un parti ouvrier indépendant au Venezuela, place que le PSUV est loin d'occuper.</p> <p>Il n'y aura pas de socialisme sans organisation propre et indépendante de la classe ouvrière.</p> <p>Le 14 avril le peuple du Venezuela va élire un nouveau président. A partir de l'expérience qu'il a vécue ces dernières années, le peuple vénézuélien est déterminé à empêcher le retour au pouvoir de la minorité de laquais de l'impérialisme représentée par Capriles, dont les déclarations putschistes appellent les Forces Armes Nationales à « ignorer la légalité » au nom des généraux supposément disposés à l'appuyer.</p> <p>Le peuple a raison de voter massivement pour Nicolas Maduro pour défaire la réaction, comme le confirment les derniers meetings électoraux, sachant bien que Maduro n'est pas Chavez et que des questions se posent sur l'évolution de la situation dans le pays (par exemple, le gouvernement vient de dévaluer la monnaie sans aucune mesure de compensation salarial), mais avec la ferme volonté d'approfondir le processus de libération nationale contre l'impérialisme.</p> <p>Ce qui inclura des mesures qui se discutent déjà dans les milieux ouvriers et populaires :<i><br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Augmentation de 70% du salaire minimum !<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Immédiatement, des nouvelles conventions collectives !<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Défense des droits des travailleurs inscrits dans la LOT (Loi organique du travail) et l'abrogation des articles qui menacent l'indépendance syndicale !<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Droit de grève, non à la criminalisation de la protestation, fin des poursuites contre les dirigeants syndicaux !<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Embauche des travailleurs précarisés ! Embauche immédiate des précaires de l'administration publique !<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Réforme agraire !<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Nationalisation des secteurs clés contrôlés par les multinationales, le commerce extérieur et les banques !</i></p> <p>La IVe Internationale et ses sections ne se distinguent pas de ce profond mouvement du peuple travailleur vénézuélien. Et, sur la base d'une politique de Front unique anti-impérialiste, elles chercheront à l'aider avec des propositions et des mots d'ordre permettant d'avancer vers la rupture avec l'impérialisme, pour parvenir à la totale souveraineté nationale dans le combat pour une Union libre des nations souveraines d'Amérique Latine et des Caraïbes, en alliance avec les travailleurs et opprimés des Etats-Unis et du Canada.</p></div> Salut aux mineurs noirs de Marikana (Azanie/Afrique du sud) http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article320 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article320 2012-10-01T11:43:57Z text/html fr Devan <p>Salut aux mineurs noirs de Marikana (Azanie/Afrique du sud) qui, par leur grève de 40 jours avec leur syndicat AMCU, n'ont pas cédé devant la honteuse et sanglante répression du gouvernement sud-africain, et viennent de contraindre le trust minier Lonmin à reculer.<br class='autobr' /> Salut aux mineurs noirs de Marikana, ainsi qu'aux mineurs des mines d'or qui poursuivent leur grève et combattent contre la surexploitation sauvage qu'imposent les trusts miniers à plus d'un million de mineurs noirs d'Afrique du sud. Ils (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>22 septembre 2012</div> <div class='rss_texte'><p>Salut aux mineurs noirs de Marikana (Azanie/Afrique du sud) qui, par leur grève de 40 jours avec leur syndicat AMCU, n'ont pas cédé devant la honteuse et sanglante répression du gouvernement sud-africain, et viennent de contraindre le trust minier Lonmin à reculer.</p> <p>Salut aux mineurs noirs de Marikana, ainsi qu'aux mineurs des mines d'or qui poursuivent leur grève et combattent contre la surexploitation sauvage qu'imposent les trusts miniers à plus d'un million de mineurs noirs d'Afrique du sud. Ils affrontent non seulement le patronat, mais aussi le gouvernement sud-africain présidé par Zuma, et tous ceux qui les ont condamnés, prétendant parler au nom des travailleurs et du peuple noir d'Afrique du sud.</p> <p>Les travailleurs du monde entier ont été révoltés lorsqu'ils ont appris, il y a un mois, l'ignoble massacre commis le 16 août à Marikana par la police du gouvernement Zuma contre leurs frères sud-africains engagés au premier rang du combat international de la classe ouvrière contre l'impérialisme.</p> <p>Honte à ce gouvernement tripartite ANC-Parti communiste-COSATU, présidé par Zuma, qui a osé ordonner à la police de mitrailler les grévistes à l'arme automatique, abattant 34 ouvriers, en blessant 78, et procédant à des arrestations massives !</p> <p>Honte aux dirigeants du Parti communiste sud-africain (SACP) qui, dès le 17 août, diffusaient un appel au meurtre contre les syndicalistes d'AMCU, présentés comme des « provocateurs » dans la plus pure tradition des “jaunes” formés à l'école stalinienne de la bureaucratie du Kremlin !</p> <p>Honte aux dirigeants de la NUM<span class="spip_note_ref"> [<a href='#nb1' class='spip_note' rel='footnote' title='NUM : syndicat national des mineurs affilié à la COSATU.' id='nh1'>1</a>]</span> qui, après avoir tenté de briser la grève, après en avoir appelé à l'armée et à la police pour « rétablir l'ordre », après avoir condamné les revendications « irresponsables » des grévistes, après avoir co-organisé le lock-out avec le patronat, viennent de déclarer que l'accord signé par l'AMCU, le 18 septembre, <i>« récompense l'anarchie » </i> !</p> <p>Honte à ces dirigeants qui osent, de concert avec le patronat minier, s'alarmer de ce que l'accord arraché au prix du sang à Marikana <i>« peut se répandre à d'autres sites, parce que les travailleurs peuvent se dire : “S'ils l'ont obtenu, nous pouvons le faire.” »</i> ! Propos que les dirigeants de la COSATU (qui vient de réunir son congrès) n'ont pas condamnés !</p> <p>Aucune surprise dans l'attitude de l'Internationale « socialiste » – dont l'ANC est membre – qui a tenu, le 30 août en Afrique du sud son congrès, dans un silence complice avec ceux qui venaient de faire couler le sang des ouvriers de Marikana ; congrès qui a réélu à l'unanimité comme président Georges Papandréou, l'homme qui contribue depuis trois ans à imposer au peuple grec les plans meurtriers de la troïka (FMI-UE-BCE).</p> <p>Mais les travailleurs de Marikana ont ouvert la voie aux travailleurs des mines d'or et de platine de Modder East, de KDC West, de Rasimone, des mines du groupe Amplats à Rustenburg qui sont, eux aussi, entrés en mouvement ! Cette grève, ces grèves prennent aujourd'hui une signification mondiale.</p> <p>Dans le monde entier, pour sauver le régime capitaliste fondé sur la propriété privée des moyens de production, la classe capitaliste, ses gouvernements, ses institutions internationales (FMI, Banque mondiale, OMC, Union européenne…) ont lancé une offensive générale au nom de la « baisse du coût du travail », une offensive pour affamer les peuples, détruire leurs conquêtes et leurs organisations et briser toute barrière à une exploitation sans limite.</p> <p>Pour arriver à ses fins, la classe capitaliste n'a d'autre choix que de s'appuyer sur la complicité de ceux qui, parlant au nom des ouvriers et des peuples opprimés, se soumettent dans les faits au talon de fer du régime capitaliste agonisant. Quel travailleur – quel que soit son pays – n'a pas reconnu dans les obstacles auxquels se sont heurtés les travailleurs de Marikana, les mêmes obstacles auxquels il est confronté dans la lutte de classe – sous des formes particulières à son propre pays ?</p> <p>En cela, la grève de Marikana, comme les grèves en cours dans les autres mines, revêtent pour la classe ouvrière internationale, et pour son avant-garde, une portée majeure.</p> <p>Les travailleurs de Marikana ont eu raison, pour défendre leurs revendications, de se saisir de la seule arme dont disposent les opprimés : l'organisation indépendante de la classe ouvrière.</p> <p>Les travailleurs de Marikana ont eu raison de se réunir par milliers le 19 septembre, calmes et déterminés, pour écouter les responsables de l'AMCU rendre compte de leur mandat dans les négociations, afin de décider eux-mêmes de l'issue de la grève.</p> <p>C'est dans toutes les langues de la nation azanienne, en zoulou, tswana, xhosa, sotho… que, dans le stade où ils étaient réunis, les mineurs unis ont scandé <i>« En avant, AMCU, en avant ! »</i>. Les travailleurs de Marikana ont rappelé que le prolétariat noir des mines d'Afrique du sud – un million de travailleurs – fer de lance de la lutte contre le régime haï de l'apartheid, reste non seulement le cœur de la classe ouvrière mais aussi celui de la nation azanienne, c'est-à-dire de l'immense majorité noire.</p> <p>La grève de Marikana et les grèves en cours, en se heurtant de plein fouet au gouvernement Zuma, ébranlent vingt ans de subordination des dirigeants des principales organisations issues de la lutte contre l'apartheid (ANC, PC, COSATU) à la prétendue « transition démocratique » des années 1991-1994, conclue par les accords de Kempton-Park.</p> <p>Les mineurs savent que c'est au nom d'une disposition incluse dans les accords de la CODESA<span class="spip_note_ref"> [<a href='#nb2' class='spip_note' rel='footnote' title='CODESA : Convention pour une Afrique du sud démocratique qui, regroupant les (...)' id='nh2'>2</a>]</span> que les patrons de Lonmin ont organisé le lock-out des grévistes. Ils savent que c'est au nom d'une loi, toujours en vigueur, du régime de l'apartheid que le procureur a, dans un premier temps, osé accuser les 270 grévistes arrêtés du meurtre de leurs 34 collègues assassinés par la police (avant de devoir reculer sur ce point).</p> <p>Les accords de Kempton Park avaient pour seul objectif de préserver les intérêts de la minorité capitaliste blanche – instrument des grands groupes impérialistes –, la propriété privée des mines, le contrôle des terres par une minorité de grands propriétaires blancs. Ce sont les accords de Kempton-Park qui ont garanti la poursuite du remboursement de la dette du régime de l'apartheid, sous le contrôle des institutions internationales.</p> <p>La IVe Internationale salue le combat de sa section azanienne, engagée avec d'autres militants, dans la construction du Socialist Party of Azania (SOPA), parti qui s'est immédiatement rangé aux côtés des mineurs en grève.</p> <p>La IVe Internationale estime que la grève des mineurs confirme la justesse du combat mené par les militants trotskystes intervenant dans le SOPA, qui n'ont eu de cesse depuis vingt ans de caractériser les accords de Kempton-Park comme la négation des aspirations légitimes de l'immense majorité noire à la démocratie, c'est-à-dire à l'instauration du pouvoir de la majorité noire, la République noire. Perspective inséparable des aspirations légitimes de la majorité noire à établir sa souveraineté sur les richesses de la nation, c'est-à-dire le passage des mines, des terres entre ses mains.</p></div> <hr /> <div class='rss_notes'><div id='nb1'> <p><span class="spip_note_ref">[<a href='#nh1' class='spip_note' title='Notes 1' rev='footnote'>1</a>] </span>NUM : syndicat national des mineurs affilié à la COSATU.</p> </div><div id='nb2'> <p><span class="spip_note_ref">[<a href='#nh2' class='spip_note' title='Notes 2' rev='footnote'>2</a>] </span>CODESA : Convention pour une Afrique du sud démocratique qui, regroupant les héritiers du régime de l'Apartheid et les dirigeants des principales organisations noires, a débouché sur les accords de Kempton-Park (1994).</p> </div></div> Pour le droit souverain du peuple grec à chasser le mémorandum de la troïka ! http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article315 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article315 2012-06-06T09:53:35Z text/html fr Devan <p>Les déclarations menaçantes de l'administration américaine, de l'Union européenne et du FMI à l'encontre du peuple grec n'ont qu'un but : aligner tout le monde dans une offensive déchainée pour faire céder le peuple grec, et par là même adresser un avertissement à tous les peuples d'Europe.<br class='autobr' /> Ce serait le peuple grec qui serait responsable de la faillite dans laquelle sont entraînés tous les peuples d'Europe ? Ce serait le peuple grec qui serait responsable de la situation qui s'installe en Espagne, au (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>1er juin 2012</div> <div class='rss_texte'><p>Les déclarations menaçantes de l'administration américaine, de l'Union européenne et du FMI à l'encontre du peuple grec n'ont qu'un but : aligner tout le monde dans une offensive déchainée pour faire céder le peuple grec, et par là même adresser un avertissement à tous les peuples d'Europe.</p> <p>Ce serait le peuple grec qui serait responsable de la faillite dans laquelle sont entraînés tous les peuples d'Europe ? Ce serait le peuple grec qui serait responsable de la situation qui s'installe en Espagne, au Portugal, en Italie… ?</p> <p>Non ! Les seuls responsables de la crise et du chaos, en Grèce, comme sur tout le continent, sont ceux qui imposent et appliquent les mémorandums de la troïka et leurs mesures barbares !</p> <p>Ils désignent le peuple grec comme « responsable », parce que six mois après le soulèvement des 19 et 20 octobre 2011 qui a chassé Papandréou, il a infligé, lors des élections législatives du 6 mai, une défaite sans appel aux partis, Pasok en tête, qui s'étaient soumis aux diktats supranational de la troïka (FMI-Commission européenne-BCE). Ils menacent le peuple grec, parce que celui-ci a, au lendemain du 6 mai, interdit la constitution d'un gouvernement qui n'annulerait pas le mémorandum.</p> <p>Piétinant toute forme de souveraineté et de démocratie, Madame Lagarde au nom du FMI, à la suite de la Commission européenne, prétend interdire au peuple grec de confirmer et approfondir le 17 juin son vote du 6 mai.</p> <p>En exigeant l'annulation du mémorandum, le peuple grec ne fait qu'exprimer la volonté de tous les peuples d'Europe d'en finir avec les plans d'austérité, de mettre en échec la marche à l'instauration d'une véritable dictature de la troïka que représenterait la ratification du nouveau traité européen TSCG.</p> <p>Militants de la IV° Internationale, nous disons : le peuple grec, les travailleurs et les peuples d'Europe refusent de subir la loi implacable du capital financier. Ils refusent de payer dans leur chair les conséquences barbares de la crise du régime de la propriété privée des moyens de production.</p> <p>Militants de la IV° Internationale, nous affirmons que la seule issue positive pour les travailleurs et les peuples d'Europe ne pourra être ouverte sans rompre avec l'Union européenne, avec ses institutions, avec ses traités, du traité de Rome au TSCG en passant par le traité de Maastricht. La seule issue pour sortir du chaos et de la barbarie se situe dans le combat pour les Etats-Unis socialistes d'Europe, libérés du carcan de la dette, du pillage et de l'exploitation.</p> <p>Le premier acte dans cette voie, c'est l'annulation du mémorandum barbare, que le peuple grec exige, c'est la non-ratification du traité TSCG et de sa « règle d'or », et son abrogation dans les pays où il a été ratifié !</p> <p>C'est pour cette raison que la IVème Internationale soutient sans condition le peuple grec et ceux de ses représentants comme Syriza qui disent : annulation du mémorandum ! Respect de la volonté souveraine du peuple grec !</p></div> Déclaration du Bureau Panaméricain de la 4° Internationale http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article311 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article311 2012-05-19T13:38:14Z text/html fr Devan <p>L'expropriation d'une part des actions de la compagnie pétrolière Repsol-YPF en Argentine le 16 avril, suivie de l'expropriation de la Transmission d'électricité (TDE) en Bolivie, le 1° mai, sont, indiscutablement, des mesures partielles de défense de la souveraineté nationale.<br class='autobr' /> Il s'agit du droit imprescriptible des peuples à exercer leur souveraineté sur les ressources naturelles et l'infrastructure industrielle de leurs pays, droit que la IVème Internationale soutient inconditionnellement.<br class='autobr' /> Chaque (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>par le Bureau Panaméricain de la 4° Internationale<br/>10 mai 2012</div> <div class='rss_texte'><p>L'expropriation d'une part des actions de la compagnie pétrolière Repsol-YPF en Argentine le 16 avril, suivie de l'expropriation de la Transmission d'électricité (TDE) en Bolivie, le 1° mai, sont, indiscutablement, des mesures partielles de défense de la souveraineté nationale.</p> <p>Il s'agit du droit imprescriptible des peuples à exercer leur souveraineté sur les ressources naturelles et l'infrastructure industrielle de leurs pays, droit que la IVème Internationale soutient inconditionnellement.</p> <p>Chaque organisation démocratique, populaire et ouvrière d'Amérique Latine et des Caraïbes est appelée à se prononcer, et à demander au gouvernement de son pays qu'il refuse toute sanction contre les décisions souveraines de l'Argentine et de la Bolivie, en particulier les gouvernements qui se présentent comme les défenseurs des masses opprimées.</p> <h3 class="spip"> Les peuples résistent à la barbarie capitaliste…</h3> <p>Par l'utilisation historique de la dette externe, en s'appuyant sur des régimes dictatoriaux, en imposant la vague de privatisations, de dérèglementation et les prétendus « traités de libre commerce », le capital financier impérialiste a saccagé l'Amérique latine et les Caraïbes, les plongeant dans le chômage et la misère, concentrant toujours plus la propriété foncière et poussant au démantèlement des nations.</p> <p>De leur côté, et bénéficiant de ces anciens mécanismes, les multinationales accentuent aujourd'hui le pillage. Entre 2008 et 2011, le volume des transferts des gains financiers provenant d'Amérique latine et des Caraïbes a été quatre fois supérieur à ce qu'il était au début de la décennie, selon le récent rapport de la Cepal-ONU. En même temps, la « désindustrialisation » de la région progresse - elle redevient exportatrice de produits agroalimentaires – en conséquence de la manipulation des taux de change.</p> <p>Gardien mondial d'un système capitaliste en crise de décomposition, l'impérialisme américain ne peut offrir comme seule politique que le pillage. Pour cela, il a besoin de subordonner tous les gouvernements, quel que soit leur couleur, quelles que soient l'étiquette sous laquelle ils ont été élus. L'impérialisme a besoin d'intégrer à ses plans les organisations syndicales construites par les travailleurs.</p> <p>Mais la subordination des gouvernements à l'impérialisme – comme la volonté des directions syndicales à les accompagner, par le “consensus” et le “dialogue social” – se heurte à la résistance des travailleurs, de la jeunesse, des larges couches populaires qui ne peuvent accepter d'être massacrées.</p> <p>Cette résistance alimente et est alimentée par la crise interne de l'impérialisme américain qui rencontre des difficultés croissantes pour continuer à discipliner, comme auparavant, les gouvernements d'Amérique latine et des Caraïbes. C'est ce que révèle l'échec d'Obama lors du Sommet des Amériques, tenu les 14 et 15 avril en Colombie, dont la Présidente d'Argentine s'est retirée de façon anticipée pour, quelques heures plus tard, annoncer l'expropriation partielle de Repsol-YPF.</p> <h3 class="spip"> …et mettent des barrières à la pénétration impérialiste !</h3> <p>La IVème Internationale soutient totalement la lutte du peuple argentin qui, voilà cinq mois, a combattu le dur ajustement fiscal annoncé par la présidente Cristina Kirchner après sa réélection au premier tour. L'augmentation de 100% du prix du ticket du métro de Buenos Aires, qui implique autant la responsabilité de la Présidente que celle du gouverneur “d'opposition” de la capitale a résonné comme un avertissement donné aux travailleurs qui en ont clairement exprimé le rejet. La suspension jusqu'à aujourd'hui du retrait des aides à l'énergie et à tout le transport dont bénéficie la population de Buenos Aires est le produit direct de la résistance de la classe ouvrière qui n'accepte pas que s'instaure une politique d'ajustement.<br class='autobr' /> En février, l'accident qui a fait plus de 50 victimes à Buenos Aires, dans la gare Once, une ligne privatisée, a créé un climat général d'indignation et d'attente de mesures de remises en état du système ferroviaire qui n'ont pas été prises.</p> <p>En mars, le gouvernement a tenté encore de s'opposer à la grève des 600 000 enseignants de la Confédération des travailleurs de l'éducation (CTERA), mais sa tentative a été balayée.</p> <p>Tel est le contexte dans lequel le gouvernement argentin a été a mené à décider l'expropriation partielle de la multinationale espagnole Repsol-YPF, tout en s'apprêtant à payer une indemnisation.</p> <p>YPF (Gisements Pétroliers Fiscaux) était une entreprise d'État dès sa création, en 1922, jusqu'à sa privatisation en 1993 par le gouvernement Carlos Menem, président issu du Parti Justicialiste comme Cristina Kirchner et avec son soutien « enthousiaste », à l'époque.</p> <p>Comme l'a expliqué la Présidente elle-même, l'expropriation partielle n'est pas une renationalisation, car 49% des actions restent dans le domaine privé, dont 25% entre les mains du groupe Petersen, de la famille Eskenazi, liée au gouvernement.</p> <p>Le porte-parole du Département d'État des Etats-Unis a pourtant qualifié la mesure d' « événement négatif », indiquant que Washington espère que l'Argentine « normalise ses relations avec la communauté financière internationale ». Pour la secrétaire Hillary Clinton, l'Argentine « doit justifier sa décision ».</p> <p>De leur côté, des syndicalistes et des dirigeants politiques argentins, s'appuyant sur la mesure partielle du gouvernement, ont appelé à la constitution d'un grand front national pour une « YPF à 100% publique ».</p> <p>C'est également au moment où se développent de puissantes grèves, appelées par la Centrale ouvrière bolivienne (COB), pour de meilleurs salaires et conditions de travail, que le président bolivien Evo Morales a décidé la récupération de 100% des actions de la TDE, qui avait été privatisée en 1997 par Hugo Banzer.</p> <p>Le gouvernement bolivien s'apprête lui aussi à payer une indemnisation à la compagnie propriétaire des actions, la multinationale espagnole Red Eléctrica. Et il maintient une relation de « partenariat stratégique » avec la même Repsol partiellement expropriée en Argentine.</p> <p>Quelques jours après que cette décision ait été annoncée, le 7 mai, sous la pression de la grève qui se poursuivait, le gouvernement a répondu à la principale revendication des médecins, abrogeant une mesure qui dégradait leurs conditions de travail. Le mouvement pour l'augmentation salariale se poursuit et la COB a appelé à une grève de 72 heures du secteur minier.</p> <p>En toute circonstance, la IVème Internationale combat pour l'indépendance de classe. La décision du Congrès de la COB, en février dernier, de constituer un Parti des travailleurs est, de ce point de vue, un point d'appui pour les travailleurs de tout le continent.</p> <h3 class="spip"> La IVème Internationale défend inconditionnellement la souveraineté des peuples et des nations.</h3> <p>La IVème Internationale soutient inconditionnellement ces mesures d'expropriation, indépendamment du caractère et des intentions des gouvernements qui ont été amenés à les adopter, dans les circonstances de lutte de classes locale, dans le cadre de la crise mondiale de domination de l'impérialisme.</p> <p>Pour les travailleurs des Etats-Unis et d'Europe, la défense de la souveraineté nationale des pays opprimés, contre l'impérialisme, contre les patrons des entreprises expropriées et contre les gouvernements qui s'alignent sur eux, est un point d'appui pour leur propre combat, contre les plans « d'austérité » imposés par le FMI, la Banque mondiale et l'OMC.</p> <p>A l'heure où le gouvernement espagnol, l'Union européenne et le FMI, menaçant d'en appeler à l'OMC et de recourir à des sanctions internationales, avec l'appui de Hillary Clinton, du Département d'État des Etats-Unis, prétendent s'opposer violemment à la mesure prise par le gouvernement argentin, la IVème Internationale fait sienne la déclaration de sa section espagnole quand, à l'opposé de certains dirigeants des organisations ouvrières de la CCOO et de l'UGT, elle dit : <i>« Nous réaffirmons le droit des peuples du monde, quel que soit leur gouvernement, à disposer de leurs ressources naturelles et nous nions aux multinationales tout droit à se les approprier. C'est pourquoi nous soutenons la nationalisation des actions de Repsol dans YPF et nous défendons le fait que Repsol redevienne propriété de l'Etat espagnol, sans indemnisation pour ceux qui ont fait des bénéfices ces dernières années au prix du sang et de la sueur de ses travailleurs ».</p> <p></i>Les gouvernements argentin et bolivien ont eux-mêmes, l'un et l'autre, dénoncé le pillage des multinationales qui se gavent de bénéfices et ne réinvestissent pas, provoquant le recul de la production en Argentine, et la menace de pénurie en Bolivie.</p> <p>Dans l'immédiat, est posée la nécessité de la rupture des liens de domination qui subordonnent les pays d'Amérique latine et des Caraïbes à l'impérialisme, surtout américain.</p> <p>Le combat pour la souveraineté nationale part de l'exigence d'abrogation de toutes les mesures anti-ouvrières et antipopulaires imposées par le FMI, la Banque mondiale, l'OMC.</p> <p>C'est un combat qui intègre la lutte pour le rétablissement de la souveraineté d'Haïti, pour le retrait des troupes de la Minustah, commandées par le Brésil, et auxquelles participent des contingents argentin et bolivien. En ce moment, la IVème Internationale renforce son engagement dans la journée continentale, le 1er juin, pour le retrait des troupes de la Minustah d'Haïti.</p> <h3 class="spip"> La IVème Internationale se prononce :</h3> <p>Pour la plus large unité en défense des mesures d'expropriation adoptées par les gouvernements d'Argentine et de Bolivie !</p> <p>Pour la nationalisation à 100%, sans indemnisation, de tout le patrimoine national privatisé !</p> <p>Pour le droit souverain des peuples à disposer des ressources naturelles, contre le pillage des multinationales !</p> <p>Pour la réforme agraire !</p> <p>Pour l'abrogation des Traités de libre commerce !</p> <p>Pour la levée du blocus de Cuba !</p> <p>L'impérialisme hors d'Amérique latine et des Caraïbes ! La Minustah hors d'Haïti !</p> <p>Pour l'Union libre des nations souveraines d'Amérique latine et des Caraïbes, en alliance avec les travailleurs et opprimés des Etats-Unis et du Canada !</p></div> Déclaration du Secrétariat international de la IVe Internationale sur les menaces de guerre en Syrie et en Iran http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article280 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article280 2012-03-01T21:11:00Z text/html fr Devan <p>Les menaces de guerre s'aggravent. Les appels à une intervention militaire en Syrie se multiplient. Israël réaffirme son objectif de bombarder l'Iran au printemps.<br class='autobr' /> Or, il y a un siècle, Lénine écrivait, à propos de la période historique dans laquelle l'humanité était entrée, qu'elle était celle de « l'impérialisme, époque des guerres et des révolutions ». Plus que jamais, la situation politique mondiale actuelle confirme entièrement l'actualité de cette affirmation.<br class='autobr' /> La multiplication en chaîne des guerres — (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>1er mars 2012</div> <div class='rss_texte'><p>Les menaces de guerre s'aggravent. Les appels à une intervention militaire en Syrie se multiplient. Israël réaffirme son objectif de bombarder l'Iran au printemps.</p> <p>Or, il y a un siècle, Lénine écrivait, à propos de la période historique dans laquelle l'humanité était entrée, qu'elle était celle de <i>« l'impérialisme, époque des guerres et des révolutions ».</i> Plus que jamais, la situation politique mondiale actuelle confirme entièrement l'actualité de cette affirmation.</p> <p>La multiplication en chaîne des guerres — depuis la première guerre du Golfe en 1991, censée, selon le mot du président des Etats-Unis après la dislocation de l'URSS, inaugurer un nouvel ordre mondial — implique directement l'impérialisme : en 1999, l'intervention militaire de l'OTAN en Serbie et au Kosovo, dernière phase de la guerre de dislocation de la Yougoslavie commencée dans les années 1990.</p> <p>En 2001, sont déclenchés les bombardements, puis l'occupation militaire de l'Afghanistan. En 2003, l'Irak est de nouveau envahi. En 2011, c'est la Libye. Cela, sans même parler de l'occupation militaire en Haïti et des multiples conflits dits “régionaux”, notamment en Afrique, alimentés par l'impérialisme.</p> <p>Le capitalisme, régime social à l'agonie, a déclenché une véritable guerre contre les travailleurs et les peuples du monde entier, une guerre de dislocation des nations. Les travailleurs et les peuples, en cherchant à résister à la barbarie dans laquelle l'impérialisme les entraîne, n'ont d'autre issue que d'avancer dans celle de la révolution émancipatrice.</p> <h3 class="spip"> “L'ordre” impérialiste. </h3> <p>Dès le 21 janvier 2011, devant les développements révolutionnaires en cours en Tunisie, la IVe internationale affirmait qu'il s'agissait bien d'une révolution prolétarienne et non d'une prétendue “révolution arabe”. Ce processus révolutionnaire qui, dans la région, s'est étendu principalement en Egypte, frappe aux portes de l'Europe. Il s'agit de la marche mondiale de la révolution contre “l'ordre” impérialiste.</p> <p>L'accélération des menaces de guerre d'agression contre la Syrie et l'Iran procède de cette crise du capital. C'est ce qu'exprime la crise de la domination politique américaine, dont l'ordre international a été déstabilisé par le développement de la révolution prolétarienne en Tunisie et en Egypte (et ses répercussions mondiales), et par sa propre crise de décomposition, éléments qui sont indissociables.</p> <p>Pour la préservation de “l'ordre” impérialiste mondial, il faudrait que l'impérialisme américain écrase la planète sous un talon de fer par une dictature de type fasciste. Cela lui serait nécessaire, aussi bien aux Etats-Unis mêmes qu'à l'échelle internationale, mais les conditions ne sont pas réunies pour y arriver.</p> <p>La classe dominante américaine s'est révélée incapable de maîtriser sa propre crise (dont le 11 septembre 2001 a ouvert une nouvelle phase), qui n'a cessé de s'approfondir dans des proportions inédites, et d'opérer une restructuration de l'ordre mondial sous son contrôle. Cela l'amène à chercher à reporter sur les autres impérialismes tous les effets de sa crise et à provoquer des explosions en chaîne sur tous les continents, sans être à même de les maîtriser.</p> <p>Les conséquences profondes de la crise généralisée du système d'exploitation capitaliste – amorcée en 2008, au cœur même de l'impérialisme, aux Etats-Unis, par ce qu'on a appelé la crise des subprimes – se matérialisent dans la crise de domination de l'impérialisme américain, qui se conjugue aujourd'hui aux processus de la révolution mondiale à l'œuvre en Tunisie et en Egypte ; cette combinaison explosive a servi de détonateur, en 2011, à la crise longtemps contenue de l'Union européenne, ouvrant ainsi la voie à une marche accélérée de celle-ci vers la dislocation.</p> <p>A cette occasion, l'impérialisme américain a franchi un nouveau pas dans la prise de contrôle de l'Union européenne et ses gouvernements, par l'introduction du FMI dans les plans européens (troïka). De ce point de vue, les mobilisations des travailleurs d'Europe, quelles que soient les formes de l'action contre-révolutionnaire des appareils qui dirigent le mouvement ouvrier pour les contenir, s'inscrivent dans cette montée mondiale de la lutte des classes contre l'impérialisme.</p> <p>Dans les pays d'Europe, pour mettre en œuvre les exigences des marchés à coup d'austérité et de déréglementation, les gouvernements, qu'ils soient de gauche ou de droite, cherchent à s'orienter vers des “unions nationales” pour imposer ces plans aux peuples ; pour ce faire, ils doivent s'attaquer à l'indépendance des organisations syndicales, sommées de s'intégrer à l'accompagnement de ces plans. C'est le sens de l'adoption par les pays de l'Union européenne, les 1er et 2 mars, d'un nouveau traité européen, destructeur de tous les droits et garanties arrachés par les classes ouvrières.</p> <h3 class="spip"> La guerre, une condition nécessaire, mais pas suffisante </h3> <p>La marche à la révolution prolétarienne en Tunisie et en Egypte s'est certes dressée contre les régimes de Ben Ali et de Moubarak, mais aussi contre les maîtres de ces derniers : les puissances impérialistes. Dans cette mesure, elle a puissamment contribué à déstabiliser “l'ordre” américain dans une partie du monde où la moindre remise en cause de l'équilibre existant menace les conditions mêmes de la domination impérialiste à l'échelle mondiale.</p> <p>La signification de la chute de Moubarak est internationale. En effet, l'Egypte occupe une place particulière dans la région. A la fin des années 1970, l'accord passé entre l'appareil militaire qui dirige le pays et l'impérialisme américain a abouti à la signature, en 1978, des Accords de Camp David, prétendus “accords de paix” avec l'Etat d'Israël. En échange d'une “paix” entre l'Egypte et l'Etat d'Israël, Camp David fut le point de départ du renforcement de l'enfermement du peuple palestinien et de son écrasement, avec la complicité de la plupart des gouvernements des pays de la Ligue arabe. Les accords signés à Camp David, aux Etats-Unis, sous l'égide de l'Administration américaine, étaient les premiers pas de l'établissement de la domination directe de l'impérialisme américain sur cette partie du globe (la première région productrice de pétrole du monde).</p> <p>Les Accords de Camp David ont rendu possible, en 1993, la signature des accords d'Oslo, accords instaurant une “Autorité palestinienne” dans les territoires de Gaza et de Cisjordanie, celle-ci s'engageant à assurer la “sécurité” d'Israël et à abandonner la charte de l'OLP dont l'objectif était une seule Palestine libre, laïque et démocratique où Juifs et Arabes pourraient vivre à égalité. Au lendemain des bombardements et de la deuxième guerre contre l'Irak, fut ensuite développée la ligne des prétendus “deux Etats” sur les terres historiques de la Palestine. Mais la poursuite de la mobilisation du peuple palestinien, le refus de renoncer à l'exigence du droit au retour pour les millions de Palestiniens qui vivent en dehors de la Palestine, témoignent de l'actualité de la révolution palestinienne.</p> <p>C'est en partant de là que l'Administration américaine, démocrate comme républicaine, a développé ce qu'elle a appelé le GMO (la politique du “Grand Moyen-Orient”). Au travers de ce GMO, il s'agit de disloquer l'ensemble du Moyen-Orient et du Proche-Orient, incluant l'Afghanistan et le Pakistan, de remodeler cette région pour y assurer un contrôle américain direct.</p> <p>Le “Grand Moyen-Orient”, c'est la remise en cause des barrières douanières, la déréglementation, la privatisation et l'instauration d'un dispositif militaire sous contrôle américain : c'est bien la voie dans laquelle l'ensemble des gouvernements de la région, sommés d'aller plus loin dans les “réformes”, ont été poussés par les exigences du FMI. La Tunisie et l'Egypte, dont les partis dirigeants étaient membres de l'Internationale socialiste, sont les pays qui ont le plus avancé dans ce sens, provoquant la réaction des populations.</p> <p>La chute de Ben Ali, puis celle de Moubarak ont remis en cause l'ordonnancement de ce plan. Pour l'impérialisme américain, il fallait d'abord et de toute urgence stopper la vague révolutionnaire dans la région. Cette urgence exigeait la guerre en Libye. Une campagne de propagande médiatique a été organisée, dénonçant Kadhafi et son régime comme “sanguinaires”, chose que personne n'ignorait, car les Américains comme les Français et les Anglais avaient soutenu jusque là ce régime et accueilli Kadhafi chez eux avec les honneurs. Mais ce dernier n'était plus à même de jouer le rôle que lui avaient assigné les grandes puissances.</p> <p>Avec les impérialismes anglais et français au premier rang dans l'exécution, mais sous la direction du maître américain, l'impérialisme a alors procédé à la liquidation de Kadhafi. Ce faisant, il a détruit, disloqué la Libye, l'a “somalisée” en quelque sorte, privée de toute souveraineté et donc dénié au peuple libyen toute possibilité d'exprimer démocratiquement sa volonté. Cette agression annonce ce que l'impérialisme prépare dans le cas de la Syrie, comme éventuellement, demain, dans le cas de l'Iran.</p> <p>Face au risque d'extension de la vague révolutionnaire mettant en cause les régimes dictatoriaux de Tunisie et d'Egypte, il fallait interdire l'activité indépendante des masses, la détourner de ses objectifs, la mettre sous le contrôle de l'impérialisme et ses instruments. La guerre en Libye est de ce point de vue une menace directe contre les peuples tunisien et égyptien, mais également contre tous les autres peuples.</p> <p>Mais si la guerre d'agression et de dislocation de la Libye était une condition nécessaire à la défense de “l'ordre” impérialiste, elle n'était pas suffisante.</p> <h3 class="spip"> La “transition démocratique”</h3> <p>Il fallait, pour préserver les régimes aux ordres de l'impérialisme, les “rénover” pour maintenir l'essentiel, c'est-à-dire leurs liens de subordination. L'impérialisme américain, au nom de la “démocratie”, mettait en place la ligne de la “transition démocratique”. L'ennemi d'hier, “l'islamisme”, est devenu l'allié d'aujourd'hui. En Tunisie, Ennahda constituait un gouvernement d'union nationale avec deux partis laïques, dont l'un est membre de l'Internationale socialiste. Au Maroc, les Islamistes sont entrés au gouvernement après les dernières élections. Le nouveau “gouvernement” de Libye propose de rétablir la charia. Et en Egypte, les Frères musulmans ont passé un accord avec l'armée. Rappelons que dès la chute de Moubarak, l'Administration américaine s'est dite prête à reconnaître tout nouveau régime, à condition que celui ci respecte les traités internationaux signés par l'Egypte. Cela se référait bien évidemment aux Accords de Camp David.</p> <p>La réponse positive de l'appareil militaire égyptien ne suffisait pas à l'impérialisme américain, qui a poursuivi sa pression jusqu'à ce que les Frères musulmans, qui avaient toujours dénoncé les Accords de Camp David comme une trahison, déclarent qu'ils ne remettraient pas en cause ces accords. La base d'une union nationale entre l'armée et les Frères musulmans se réalisait alors, à la grande satisfaction de l'Administration américaine.</p> <p>Le résultat de cette offensive de l'impérialisme américain, c'est la guerre qui commence dans toute la région sahélienne. La Libye est disloquée, soumise aux différentes cliques mafieuses et aux milices religieuses, tribales ou autres. Les incidents se multiplient à la frontière de la Tunisie et de l'Algérie, avec des milices venant de Libye. Des milliers d'armes circulent dans la région. Le Mali est aujourd'hui un pays en guerre avec, d'un côté, une armée dite touareg et des mercenaires venus de Libye, qui veulent l'autonomie du Nord du Mali et, de l'autre côté du pays, une guérilla menée par un groupe d'Al Qaïda. Au nom de “l'aide” à l'armée malienne, des avions américains ont bombardé, le 4 mars, le Nord du Mali.</p> <p>L'Algérie est particulièrement menacée. Pays central au Maghreb et dans le Sahel, son gouvernement n'a pas obtempéré à plusieurs des exigences impérialistes, en reprenant partiellement le contrôle de son économie et en refusant d'intégrer le dispositif militaire sous contrôle américain. Ce pays a été dès lors soumis à une campagne visant à provoquer une “révolution”, ce qui dans le vocabulaire impérialiste signifie “dislocation”.</p> <h3 class="spip"> Les “amis de la Syrie” </h3> <p>C'est dans ces conditions qu'il faut comprendre la tenue, le 24 février 2012, d'une « Conférence des amis de la Syrie », réunissant la plupart des pays de la Ligue arabe et des représentants des impérialismes français, anglais et américain. Une délégation du Conseil national syrien a officiellement participé à cette conférence. Ce dernier est un regroupement d'opposants se trouvant principalement à l'étranger, qui se sont réunis en Turquie et ont fondé le CNS comme un “gouvernement en exil” ou “provisoire” de la Syrie. Ses principaux chefs sont liés aux Frères musulmans. La Conférence a décidé de faire un premier pas vers la reconnaissance de ce CNS et de financer les activités de “l'armée syrienne libre”.</p> <p>C'est très exactement le scénario qui avait vu se réunir à Paris, quelques semaines avant l'intervention en Libye, une « Conférence des amis de la Libye » et la marche à la reconnaissance du conseil national de transition en Libye. Il ne s'agit pas de la Syrie. Il s'agit de l'ordre mondial, dont la Syrie et son peuple devraient payer les frais.</p> <p>Depuis des décennies, la Syrie joue un rôle important dans le maintien de l'ordre existant dans cette partie du monde, notamment eu égard à la Palestine. Le régime mis en place sous l'égide d'Hafez el Assad faisait partie du jeu mené entre l'impérialisme américain et la bureaucratie du Kremlin. En 1976, c'est l'armée syrienne qui liquide dans le sang les bastions de la révolution palestinienne au Liban. En 1991, la Syrie est l'un des Etats arabes qui participent à la première “croisade mondiale” contre l'Irak, tout en se présentant comme le principal soutien des Palestiniens.</p> <p>Après l'effondrement de l'URSS, la Syrie est contrainte de réajuster sa politique mondiale. Le gouvernement de Hafez el Assad multiplie les actes de rapprochement avec l'impérialisme.</p> <p>Le tournant le plus significatif a été la réaction du gouvernement syrien aux attentats du 11 septembre 2001 à New York. Le régime syrien, longtemps mis sur la liste des “pays terroristes“ par l'Administration américaine, a dénoncé le terrorisme. En 2003, le gouvernement syrien a appuyé et aidé l'intervention américaine en Irak. Durant cette même période, ce régime militaire, qui développait une démagogie “nationaliste arabe” et socialisante, fondée à la fois sur une répression politique intense et une politique économique protectionniste fonctionnant à coups de subventions, va devoir opérer un tournant qui s'est matérialisé dans le retrait des troupes syriennes du Liban en 2005 et par la mise en œuvre des réformes économiques demandées par le FMI. Les privatisations, la hausse des prix et l'arrêt des subventions ont plongé la grande majorité de la population syrienne dans la misère.</p> <p>L'existence d'un Etat syrien centralisé, dont les décisions ne dépendent pas directement de l'impérialisme, jouant un rôle essentiel par rapport au Liban, se refusant à l'isolement de l'Iran, avait pu paraître comme un facteur de stabilité mais, à présent, il devenait contradictoire avec la politique de l'impérialisme américain telle qu'elle s'est manifestée à travers l'agression contre la Libye.</p> <p>La politique répondant aux exigences du FMI, a aggravé les disparités régionales, jusqu'alors tempérées plus ou moins par les subventions du régime. L'aggravation de ces disparités régionales a plongé certaines régions dans une pauvreté accrue. La ville de Homs illustre ce fait : troisième ville du pays, elle a vu des dizaines de milliers de jeunes paysans chassés de leurs terres venir s'entasser comme chômeurs aux abords de la ville, constituant de véritables bidonvilles tel le quartier de Baba Amro, qui a été récemment le lieu des combats les plus violents.</p> <p>Ce tournant du régime a provoqué en son sein des contradictions intenses entre ceux qui voulaient aller plus loin dans la collaboration avec les Etats-Unis et ceux qui s'y opposaient, entraînant règlements de compte et exécutions.</p> <p>Telles sont les conditions de tension dans lesquelles, après la chute de Ben Ali en Tunisie, en janvier 2011, le gouvernement syrien annonçait qu'il verserait 11 dollars par mois aux familles les plus déshéritées. Aussitôt, le FMI enjoignait à la Syrie d'abandonner les subventions alimentaires. Le FMI recommandait également d'augmenter les prix de l'électricité, qui restaient bas grâce aux subventions de l'Etat.</p> <p>C'est cette situation qui a avivé les particularismes existants, aidée en cela par divers groupes et services secrets étrangers, mais aussi par certaines fractions issues du régime. La Syrie est en effet une mosaïque de groupes de populations et de religions (sunnites, chiites, alaouites, druzes, chrétiens, arabes et kurdes), “tenus” depuis un demi-siècle par un régime dont les dirigeants, notamment les officiers militaires, sont issus de la communauté alaouite.</p> <p>Face aux premières mobilisations qui ont eu lieu en Syrie comme un peu partout dans le Moyen-Orient, le régime a réagi comme il l'a toujours fait, par la répression. Mais du fait des processus révolutionnaires en cours en Tunisie et en Egypte, qui avaient abouti à chasser les dictateurs en place, la situation dans la région et au niveau international n'était plus la même.</p> <h3 class="spip"> Le peuple syrien doit payer la note</h3> <p>Dans une situation mondiale et régionale où l'impérialisme américain ne peut accepter la marche à la révolution (contre des régimes dictatoriaux en crise qui révèlent leur faiblesse), l'action de différents groupes liés à des pays étrangers (l'organisation des Frères musulmans, longtemps réprimés par le régime, ainsi que le jeu du Qatar et de l'Arabie saoudite au compte de l'impérialisme), a poussé au développement incontrôlé de forces centrifuges.</p> <p>Dans un premier temps, l'impérialisme n'a pas plus dénoncé la répression que par le passé. Il a au contraire appelé le régime syrien à se “réformer”, c'est-à-dire à appliquer servilement toutes ses exigences.</p> <p>L'impérialisme, lorsqu'il y est contraint, est capable de reculer pour sauver l'essentiel. Face à la mobilisation révolutionnaire du peuple égyptien qui, au fur et à mesure qu'elle s'amplifiait, était plus profondément marquée par l'action de la classe ouvrière, l'impérialisme, après avoir appelé Moubarak à faire des réformes, a décidé de le lâcher pour tenter de préserver le régime militaire. La chute de Moubarak fut une première victoire du peuple égyptien contre ce régime militaire et contre l'impérialisme.</p> <p>L'impérialisme sait sacrifier des dirigeants et des régimes pour préserver l'essentiel – son contrôle – face à la mobilisation révolutionnaire d'un peuple. Il sait aussi – et il a une longue pratique dans ce domaine – liquider des régimes avec lesquels il a longtemps coopéré et qui deviennent un obstacle à sa politique.</p> <p>Le sort ultime du régime de Bachar el Assad est aujourd'hui secondaire pour l'impérialisme. La mobilisation “humanitaire”, le recours à l'ONU et à l'Union européenne, les sanctions sont le prélude à une nouvelle agression dont le but, encore une fois, serait de détruire toute souveraineté d'un Etat, de disloquer une nation, de la livrer à une chaîne sans fin de “conflits ethniques”, “régionaux” et religieux. C'est ce qui est en cours aujourd'hui par rapport à la Syrie. C'est ce qui se profile pour demain dans le cas de l'Iran.</p> <p>Jusqu'à récemment donc, tout en dénonçant formellement la répression, l'impérialisme américain appelait le régime à se “réformer”. Puis, devant le développement des événements, il a commencé à envisager le départ de Bachar el Assad, afin de chercher une solution pour préserver éventuellement le régime militaire en Syrie, ou une partie de l'appareil militaire dans une combinaison d'union nationale.</p> <p>Mais il y a une différence : la Syrie n'est pas l'Egypte. En Egypte, c'est la mobilisation révolutionnaire des masses qui a chassé Moubarak ; en Syrie, dès les premières manifestations, l'impérialisme et ses agents sont intervenus pour pousser à la guerre civile. Ils ont de ce fait empêché, dès les premières manifestations, toute mobilisation du peuple, en constituant des groupes militaires combattant l'armée du régime.</p> <p>Le déclenchement d'une guerre civile signifie que le peuple, pris entre deux feux, est terré, soumis à la violence et la barbarie de tous côtés. C'est très exactement la répétition de ce qui s'est passé en Libye. Les officines et services secrets agissent délibérément pour pousser à la guerre civile et utilisent les images de combat pour justifier l'intervention militaire impérialiste.</p> <p>Les contradictions et les divisions au sein de la classe dominante américaine, les désaccords qui s'y font jour sur la question du Moyen-Orient, poussent à l'aventure. Certains secteurs de la classe dominante appellent à l'intervention directe en Syrie et au soutien à la guerre qu'Israël veut lancer contre l'Iran ; d'autres hésitent, s'y opposent ou temporisent.</p> <p>Pour l'impérialisme, il ne s'agit ni des droits de l'homme, ni de la démocratie, ni des droits des peuples, mais de la nécessité, face à la révolution, de préserver son contrôle, et c'est à cette aune qu'est jugé le régime syrien en place.</p> <h3 class="spip"> Non à l'ingérence étrangère, non à la guerre !</h3> <p>Cette ingérence impérialiste déjà en cours et une intervention militaire ouverte conduiraient à la dislocation de la Syrie. De fait, dix ans après l'intervention en Irak, celui-ci est disloqué, divisé entre des zones chiites, sunnites et kurdes, cette dernière étant quasiment autonome.</p> <p>L'intervention en Syrie aura les mêmes conséquences qu'en Libye, pays également disloqué. Mais la Syrie n'est pas la Libye. Aux frontières de l'Irak, de l'Etat d'Israël, de la Turquie, du Liban, la Syrie a, du fait de l'histoire, une place particulière. L'explosion de ce pays, mosaïque culturelle, linguistique et de peuples, aura des répercussions immédiates sur les pays voisins. Que deviendra le territoire syrien peuplé majoritairement de Kurdes, à la frontière du territoire kurde d'Irak, quasiment autonome ? Et les deux sont voisins des territoires majoritairement peuplés de Kurdes, au sud de la Turquie.</p> <p>L'offensive contre la Syrie est reliée à celle contre l'Iran. Le blocus de l'Iran, perpétré par les grandes puissances depuis quelques mois, prépare à son tour la dislocation de l'Iran. La menace de bombardement de ce pays par l'Etat d'Israël accélère ce processus. Même si l'Administration Obama cherche à freiner l'Etat d'Israël, il entend bien, comme pour la Syrie, disloquer l'Iran. Sa politique conduit à la dislocation des nations et des Etats. Aucune zone de la région ne devrait échapper au contrôle et au pillage de l'impérialisme.</p> <p>Là réside la cause de son offensive contre la Syrie et l'Iran. Ce serait la voie ouverte à de nouvelles violences, à de nouvelles guerres, à l'aventure et la barbarie. Cette nouvelle offensive visant à disloquer les nations constitue également une attaque supplémentaire contre le peuple Palestinien, dont le combat ininterrompu pour le droit à la nation et donc à la terre de Palestine a, depuis plus de 60 ans, interdit toute “stabilisation” de la situation sous contrôle impérialiste. Il est significatif, de ce point de vue, qu'à Gaza, le Hamas — branche gazaouie des Frères musulmans égyptiens — se soit démarqué du régime syrien, s'alignant ainsi sur les exigences de l'impérialisme, après avoir accepté la feuille de route du quartet (Etats-Unis, Chine, Union européenne, Russie) sur le règlement de la question palestinienne.</p> <p>Mais cette région n'est pas seule menacée. Toute la planète peut subir les conséquences de cet embrasement. En novembre 2011, à l'initiative du Parti des travailleurs d'Algérie et de l'Union générale des travailleurs algériens, une Conférence d'urgence contre la guerre, l'occupation militaire et la dislocation des nations se tenait à Alger. L'Entente internationale des travailleurs soutenait cette conférence. Les délégations de militants ouvriers et démocratiques de plus de 40 pays ont adopté une résolution qui déclarait :</p> <p><i>« Nous condamnons les visées impérialistes de pillage des ressources des peuples et de domination qui motivent cette intervention. </i>[en Libye – NDR]<i></p> <p>Nous dénonçons cette intervention dont un des objectifs consiste à menacer les peuples qui luttent pour leurs droits et leur souveraineté, à vouloir leur imposer “un protectorat” étranger, confisquant leur droit de disposer de leur présent et leur avenir.</p> <p>Nous dénonçons les plans des grandes puissances dont le “Grand Moyen-Orient” américain visant à désintégrer les nations sur des bases tribales, ethniques et religieuses à des fins de pillage et d'oppression. (…)</p> <p>Il y a situation d'urgence lorsque les grandes puissances préparent les conditions de la guerre généralisée dans la région du Machrek, tout en continuant à dénier ses droits historiques imprescriptibles au peuple palestinien, le droit au retour chez eux pour tous les réfugiés, soumettant ce peuple à l'enfermement à Gaza et en Cisjordanie, à la répression et aux agressions.</p> <p>Nous déclarons notre plein soutien aux aspirations du peuple syrien à la démocratie, à l'égalité, mais nous condamnons avec force les manœuvres et complots matérialisés dans l'instrumentalisation de ces mêmes aspirations par les puissances impérialistes et leurs sous-traitants, pour en faire un prétexte pour l'intervention militaire étrangère en Syrie.</p> <p>Nous sommes opposés à toute intervention militaire étrangère partout dans le monde, et donc en Syrie et en Iran, avec ou sans l'aval de l'Onu (...).</p> <p>Il y a situation d'urgence lorsque les mêmes puissances impérialistes et les institutions internationales déchaînent une guerre sociale en Europe et aux Etats-Unis, par des plans de rigueur assassins, pour sauver les spéculateurs, les banques et assurances privées.</p> <p>Il y a situation d'urgence lorsque les grandes puissances érigent l'ingérence dans les affaires des pays en système mondial, s'arrogeant le droit de disposer du sort des nations et des peuples. »</p> <p></i></p> <p>Cette déclaration sonne l'alarme auprès de tout le mouvement ouvrier mondial à la veille d'une possible intervention en Syrie et en Iran.</p> <p>A l'inverse, les dirigeants de l'Internationale socialiste appellent de leurs vœux l'intervention militaire. Des partis issus des PC, notamment en Europe (en Amérique latine, à l'inverse, les partis issus du castrisme ou des PC soutiennent le régime de Bachar el Assad) ou membres du Secrétariat unifié (SU)<span class="spip_note_ref"> [<a href='#nb2-1' class='spip_note' rel='footnote' title='Dans une déclaration du Comité international du Secrétariat unifié qui se (...)' id='nh2-1'>1</a>]</span> déclarent <i>« soutenir le peuple syrien »</i> contre le régime. Ils déclarent du bout des lèvres ne pas souhaiter une intervention militaire de l'impérialisme. Mais ils appellent à l'armement des milices d'opposants, ce qu'actuellement, par l'intermédiaire du Qatar, certains secteurs impérialistes font déjà. Milices qui, elles-mêmes, appellent à haute voix à l'intervention militaire étrangère.</p> <p>La IVe Internationale considère que le premier ennemi des nations et de leur souveraineté, c'est l'impérialisme et que d'aucune manière on ne peut transiger avec la défense des peuples contre l'impérialisme.</p> <h3 class="spip"> La IVème Internationale pour la révolution</h3> <p>La IVème Internationale se tient entièrement sur le terrain constitutif du mouvement ouvrier dès le XIXe siècle, celui du combat contre la guerre menée par les grandes puissances. La IVème Internationale, comme elle l'a fait pour la Libye, se prononce contre toute intervention, même sous des prétextes humanitaires, contre la Syrie et l'Iran.</p> <p>La guerre en Syrie entraînera encore plus de morts, de souffrances pour le peuple syrien. Soutenir et aider le peuple syrien, c'est défendre son droit comme nation à se dresser contre toute tentative de dislocation, car le cadre national est celui dans lequel les peuples peuvent chasser les régimes inféodés aux grandes puissances impérialistes.</p> <p>A l'inverse des “solutions” impérialistes, par la mobilisation, les travailleurs et les jeunes de Tunisie, s'appuyant sur leur organisation syndicale historique, l'UGTT, ont interdit, malgré les nombreux morts et blessés du fait de la répression de Ben Ali, que le pays soit entraîné dans la guerre civile et la barbarie.</p> <p>A la différence de la Libye, de l'Afghanistan et de l'Irak, les travailleurs en Tunisie, se saisissant de leur organisation, l'UGTT, par la grève et la mobilisation de rue, ont été au cœur de la mobilisation populaire. Ils ont ainsi fédéré toutes les couches de la population. Bref, ils ont dressé le peuple contre la petite minorité aux ordres des puissances étrangères. Cette révolution s'est heurtée et se heurte aux obstacles dressés par l'impérialisme et ses supplétifs, tels la transformation de la Constituante en élections législatives et la formation sur cette base d'un gouvernement d'union nationale composé d'un parti islamiste, d'un parti de droite et d'un parti membre de l'Internationale socialiste, soumis à l'impérialisme et qui s'attaque aux travailleurs et à l'UGTT.</p> <p>I</p> <p>l est de ce point de vue significatif que se soit tenue, au lendemain du sommet des « Amis de la Syrie » à Tunis, une manifestation convoquée pour la défense de l'UGTT, soumise depuis plusieurs semaines à des attaques et des provocations. Manifestation imposante, qui a rassemblé autant de monde que les manifestations lors de la chute de Ben Ali, et dont le mot d'ordre le plus repris était : <i>« Ni Qatar, ni Etats-Unis ! » </i>Deux jours plus tôt, la commission administrative de l'UGTT adoptait une motion dénonçant la menace d'intervention militaire en Syrie.</p> <p>Cette question est internationale : l'existence des organisations de la classe ouvrière, notamment des syndicats, cadre élémentaire d'organisation des travailleurs, matérialise, quelle que soit la nature des appareils dirigeant l'organisation, que la société est divisée en classes qui ont des intérêts irréconciliables. Au Maghreb, en Europe, aux Etats-Unis et ailleurs, s'opposer à la politique qui consiste à impliquer les organisations syndicales dans la mise en œuvre des plans capitalistes, c'est préserver le cadre de combat de la classe ouvrière contre le capital.</p> <p>S'opposer à l'action des appareils dirigeants du mouvement ouvrier qui voudraient accompagner ces plans, c'est aider la classe ouvrière à surmonter les obstacles dressés sur la voie de sa mobilisation.</p> <p>C'est par la mobilisation des travailleurs sur leur propre terrain, avec leurs revendications, se dressant nécessairement contre la subordination à l'impérialisme et ses exigences, que peut être réalisée la défense de la nation souveraine, c'est-à-dire du peuple</p> <p>libre et indépendant, par la rupture de tous les liens de sujétion aux puissances impérialistes. La seule voie vers la paix, la démocratie, la liberté et l'indépendance nationale, c'est celle de la mobilisation des masses sur leurs propres revendications, dont le contenu économique, social, ouvrier, est inséparable des revendications démocratiques, et se dresse contre les régimes agissant comme les courroies de transmission de l'impérialisme.</p> <p>L'objectif de la IVème Internationale n'est pas la “réforme” ou “l'humanisation” du régime impérialiste, mais son renversement. C'est le sens de l'opposition résolue de la IVème Internationale aux menaces de guerre contre la Syrie et l'Iran et de son soutien inconditionnel au combat des peuples pour l'émancipation sociale et nationale, que cherchent à réaliser les peuples de Tunisie et d'Egypte, de l'ensemble de la région, d'Europe et du monde entier.</p> <p><strong> <i>« A bas la guerre, à bas l'exploitation ! »</i> </strong> est le mot d'ordre de l'avenir et de la préservation de l'humanité.</p> <table class="spip"> <tbody> <tr class='row_odd odd'> <td><h3 class="spip"> ANNEXE<br /> <br /> </h3> <p> <br /><strong> La conférence des « Amis de la Syrie » vient de se tenir à Tunis, convoquée par la Ligue Arabe sur instigation de l'impérialisme américain et de l'Union européenne. Une question se pose d'emblée : peut-on sincèrement penser que les principaux fauteurs de guerre de la planète s'intéressent au bien des peuples ? Cette conférence a en effet notamment décidé d'envoyer de l'aide militaire à plusieurs groupes d'opposants au régime de Bachar al-Assad. Parallèlement à la réunion officielle, relève le journal français, <i>Le canard enchaîné</i> (29 février), une réunion de plusieurs services secrets étudiait la possibilité d'organiser un coup d'Etat à Damas. On le voit, la situation en Syrie est essentiellement une question internationale et la formidable campagne médiatique qui se mène en ce moment nous incite à y répondre, sur la base des faits.</strong><br /> <br /></p> <h3 class="spip"> 1 - La place actuelle de la Syrie dans le Moyen Orient<br /> <br /> </h3> <p>En 2008, le président Bachar al-Assad se rend en visite en France à l'occasion du sommet de l'Union pour la Méditerranée où il est reçu par Nicolas Sarkozy, lequel commandité par Washington, cherche à affaiblir l'alliance entre la Syrie et l'Iran. L'organisation de ce retour de disgrâce s'accompagne d'une accélération de la politique d'ouverture économique, donc des privatisations, largement souhaitée par le régime. La privatisation du système économique syrien plonge dans la dernière décennie une frange importante de la population dans la pauvreté tout en aggravant la corruption des groupes liés au pouvoir, qui cherchent à accaparer le produit des privatisations. <br /> <br />Cependant, il faut savoir que cette pauvreté touche également la composante alaouite dont est issu la famille Assad. De nombreux alaouites vivent dans une grande pauvreté, comme ceux des taudis qui se trouvent à la périphérie de Damas, ou des villages déshérités de la région côtière où le chômage et les petits boulots sont très élevés. Dans le groupe sunnite très majoritaire où les grands commerçants ont toujours su tirer profit de leur alliance avec le régime, les ressentiments sont exacerbés à l'encontre des alaouites présentés comme privilégiés par certains leaders religieux. L'agitation fomentée par les Frères Musulmans, liés à l'Arabie Saoudite et à la Turquie (de même observance religieuse), vise en effet à donner un contenu religieux au conflit en s'opposant nommément aux alaouites, secte musulmane chiites, dont l'observance et les traditions la rapproche davantage de l'Iran. C'est en utilisant ces déchirures — très sommairement évoquées ici —, qui trouvent leur origine dans l'histoire coloniale du pays, que tous les belligérants cherchent aujourd'hui à détourner les mouvements de révolte, de protestation, mais aussi à orienter la répression comme les provocations dans le territoire syrien.<br /> <br />En mars 2011, au moment du déclenchement de plusieurs mouvements de protestation, environ 10% de la population vivent sous le seuil de pauvreté, avec un taux de chômage notamment chez les jeunes de 30%. Parallèlement au développement de la pauvreté, on note en Syrie une augmentation des investissements des groupes religieux dans les secteurs de l'aide sociale, de la santé et de l'éducation, ainsi que la construction de mosquées via l'Arabie Saoudite dans les régions traditionnellement kurdes ou chrétiennes, le tout parfaitement toléré par le régime. Selon un ouvrage publié en janvier 2011, « <i>la démographie galopante — 42% de la population a moins de 15 ans — le chômage, l'inflation et la diminution drastique des subventions aux biens de première nécessité aggravent les données d'une équation sociale dont </i>“la gestion politique pourrait s'avérer prochainement périlleuse”<i> estime le chef du poste économique d'une ambassade européenne</i> ».<br /> <br />Début janvier 2011, le gouvernement syrien annonçait qu'il verserait 11 dollars par mois à certaines des familles les plus pauvres du pays. Alors que la révolution tunisienne venait de chasser Ben Ali, le FMI enjoint aussitôt la Syrie d'abandonner les subventions alimentaires. Les « restructurations » économiques (pour encourager les investissements étrangers) impliquent parallèlement un désengagement de l'État dans les subventions et aides sociales, donc une aggravation de la pauvreté. <br /> <br />Selon <i>The Economist</i> (20 janvier 2011), <i>« </i>“durant ces 5 dernières années, il s'agissait de remettre en cause l'idéologie socialiste et de la remplacer par l'idéologie de marché”, <i>dit un conseiller du gouvernement. Il va s'agir de le mettre en œuvre dans les 5 années qui viennent. Cela signifie des coupes claires dans les subventions et des mesures d'austérité très douloureuses pour les masses syriennes qui ne sont déjà pas riches. Mais le gouvernement qui voit les troubles sociaux se poursuivre dans la région à la suite du soulèvement en Tunisie aura-t-il assez de force pour ne pas reculer (…) ? Ces derniers temps, craignant des troubles sociaux, le gouvernement a hésité. Il a annoncé une augmentation de 72% des subventions pour le fioul domestique pour les fonctionnaires et a gelé le prix de l'électricité. Mais il a bien besoin d‘argent frais. Les revenus du pétrole ont chuté alors que la population qui a doublé et atteint maintenant 22 millions d'habitants depuis la moitié des années 1980 continue d'augmenter. Le gouvernement ne peut plus différer ses réformes (…). Cela fait des années que le FMI demande à la Syrie de mettre fin aux subventions. En 2008, le gouvernement a fait un grand pas en avant par rapport à ses homologues de la région, surtout de l'Egypte, en augmentant le prix de l'essence. Il a mis fin aux subventions pour les engrais mais les a conservées pour d'autres secteurs y compris l'électricité et la nourriture qui demeurent artificiellement bon marché. Les subventions directes pour l'énergie coûtent encore à la Syrie environ 5% du PIB par an, selon le gouvernement et le FMI. »</i><br /> <br />Avant le déclenchement du mouvement de protestation, le régime syrien s'était engagé dans des négociations avec les Américains et les Saoudiens pour mettre en place une réforme fondée sur des « ajustements structurels » avec à la clé un abandon de son alliance historique avec l'Iran et une promesse de paix avec Israël. Dans la balance, la Syrie réclamait le retour du Golan (annexé par l'Etat d'Israël depuis 1982), ce que les Israéliens ne sont pas prêts à accepter.<br /> <br />Les revendications de « réformes » démocratiques se partagent entre ceux qui revendiquent le maintien des nationalisations et de la propriété d'Etat, produit de l'histoire du baasisme (idéologie socialisante et nationaliste dont était issu Hafez al-Assad, père de l'actuel président), et ceux qui sous entendent plus de privatisations et de libéralisation de l'économie avec l'illusion qu'une telle ouverture pourrait permette à tout le monde de faire des affaires selon une propagande propre au capitalisme. <br /> <br /></p> <h3 class="spip"> <br /> <br /> </h3> <p>Expression tout à la fois d'un mouvement populaire incontestable, d'une répression implacable, de manipulations et de provocations, l'enjeu de la situation en Syrie dépasse largement le cadre national syrien.<br /> <br /></p> <h3 class="spip"> 2 – En quoi la Syrie s'inscrit-elle dans la montée révolutionnaire qui éclate en 2011 et que l'impérialisme cherche à endiguer par tous les moyens ?<br /> <br /> </h3> <p> <br />Diverses analyses montrent que la plupart des manifestations populaires en mars, avril, mai, regroupaient largement toutes les composantes « ethniques » de la société syrienne, et qu'elles étaient marquées par des revendications d'unité de la Syrie, contre la guerre civile (le Liban voisin et celui de la guerre en Irak avec son cortège de plus d'un million de réfugiés déplacés en Syrie représentent un exemple terrifiant pour la population syrienne), liées à des revendications contre le régime policier, contre la corruption. Il est clair que le peuple syrien comme tous les peuples veut du pain, la terre et la liberté. C'est dans ce sens premier que se sont tenues des manifestations dans plusieurs villes du pays. <br /> <br />Un an de conflit interne, une opposition très divisée (et qui ne cesse de se diviser, puisque la conférence de Tunis ce 26 février a notamment conduit à une nouvelle scission au sein du CNS) et fondée sur des objectifs contradictoires, l'absence de tout mouvement ouvrier indépendant, une situation ou tout porte à considérer que le régime ne pourra être renversé sans intervention extérieure ne sont pas les marques d'une révolution populaire, mais celles de larges mouvements internes, ce qui n'enlève rien à la légitimité des revendications démocratiques, dont le contenu remet en cause aussi bien le régime policier que les réformateurs pro impérialiste. Nous pouvons ainsi l'affirmer, il n'y a pas de révolution en Syrie mais un processus de déstabilisation qui cherche à manipuler, à leur corps défendant, les masses et leurs aspirations démocratiques.<br /> <br />Dès le début du mouvement, plusieurs spécialistes de la Syrie ont insisté sur le caractère populaire inédit du soulèvement, comme Rime Allaf dans le journal français <i>Libération </i>le 26 mars 2011, qui précise, sans répondre à la question posée de savoir si l'on assiste ou non à une révolution, que « <i>le pouvoir syrien aujourd'hui n'est plus seulement un pouvoir alaouite. C'est avant tout celui d'un homme, Bachar al-Assad, et de ses proches. La Syrie a beaucoup changé depuis les années 1990. Les bourgeoisies sunnites et alaouites de Damas ou d'Alep se sont mélangées. Aujourd'hui, les Syriens se révoltent ensemble au-delà des clivages communautaires. Cela est d'autant plus évident parmi les jeunes diplômés sans travail (...). La Syrie est, après la Tunisie, l'un des pays arabes avec la jeunesse la plus éduquée et la plus nombreuse.</i> »<br /> <br />Sans remettre en cause de telles informations, d'autres analystes, à l'instar de Camille Otrajki évoquent une situation trouble, ouverte à toutes les manipulations. Le <i>New Times</i> du 23 avril 2011 note que <i>« là où d'autres considèrent qu'il s'agit une action coordonnée, Camille Otrajki y voit une manipulation expliquant que l'utilisation par les militants des images vise à cacher le fait que la révolte est plus sectaire (au sens religieux) que national et qu'elle ignore la crainte des minorités. J'appelle cela du mensonge, ajoute M. Otrajki, une voix isolée dans le tumulte du net.</i> “C'est comme mettre sur un produit une étiquette qui n'a rien à voir avec le contenu. C'est une manipulation.” »<br /> <br />A noter pour corroborer ce qui vient d'être dit que, selon un correspondant de <i>La Vérité</i> joint par téléphone début novembre 2011, « <i>on n'a jamais vu autant d'armes circuler en Syrie. D'où viennent-elles ? Personne n'est capable de le dire. Avant le début de la crise politique, personne n'avait d'arme à feu. C'est à croire que l'on cherche à pousser les Syriens à s'entretuer, qu'on les pousse à la guerre civile comme en Libye. Les Syriens sont inquiets, et c'est pour cela qu'une majorité soutient le régime. Non pas nécessairement la politique de Bachar, mais l'unité nationale. Après l'exemple libyen, la perspective d'une intervention étrangère de l'OTAN est largement rejetée. </i> » En outre, la faiblesse historique du mouvement ouvrier organisé en Syrie, terriblement réprimé dans les dix premières années du régime d'Hafez al-Assad, comme l'inféodation de la plupart des groupes d'opposants à l'Arabie Saoudite, au Qatar et aux Etats-Unis rend toute expression indépendante — tant à l'intérieur du pays qu'à l'extérieur – problématique, ce qui ne veut pas dire que des groupes indépendants n'émergent pas dans ce mouvement complexe.<br /> <br />Dès mars 2011, l'impérialisme a tenté d'instrumentaliser le mouvement de révolte, à l'instar de ce qui fut mis en œuvre en Libye, comme l'atteste la tribune d'Elliot Abrams, ancien conseiller de Georges W. Bush pour le Moyen Orient ,publiée dans le <i>Washington Post,</i> le 26 mars 2011. Abrams, connu pour être un grand ami des peuples arabes, dresse ici le plan d'intervention suivi par l'impérialisme dans les mois suivants ; enjoignant la Tunisie et l'Egypte de convoquer une session de la Ligue arabe sur le sujet ; se référant aux mesures économiques prises contre la Libye de Khadafi avant l'intervention militaire de l'OTAN, pour affaiblir Assad et renforcer l'opposition ; défendant dès le début l'option militaire contre la Syrie. Orientés par la défense des mêmes intérêts, les anciens secrétaires d'État américains Henri Kissinger et James Baker formulaient cependant la question de manière différente dans le <i>Washington Post</i> (9 avril 2011) formulant l'objectif de travailler directement avec des gouvernements islamistes pour endiguer tout processus révolutionnaire : <i>« Pour nous, la stabilité à long terme dans le golfe arabo-persique, où se trouvent de nombreuses sources énergétiques mondiales, représente pour nous un intérêt vital. De même, il est du plus haut intérêt pour nous de nous assurer que les pays de la région ne deviennent pas un vivier d'extrémistes islamiques (…). Il faut que les Etats-Unis poursuivent une politique qui, à la fois</i> <i>combine notre volonté de protéger nos intérêts nationaux et de promouvoir les valeurs qui ont fait la grandeur de notre pays, la démocratie, la liberté et les droits de l'homme. Cette politique d'idéalisme pragmatique est la meilleure manière de faire face aux défis et aux possibilités qu'offre la transformation capitale qui se déroule dans le monde islamique. »<br /> <br /></i><br /> <br />Si la pression pour une intervention militaire existe aux sommets de l'impérialisme, elle fait toujours débat. Cela dit l'incapacité de l'opposition officielle à renverser le clan au pouvoir est de nature à remettre l'option de l'intervention à l'ordre du jour et de manière précipitée. Comme le note, un ancien ambassadeur égyptien en Syrie dans journal algérien <i>Al-Khabar</i> (20 février 2012) : « <i>Le réel conflit n'est pas entre le régime de Bachar al-Assad et l'Armée syrienne libre, mais entre quelques pays occidentaux, à la tête desquels se trouvent les Etats Unis et la Turquie, qui souhaitent créer un nouvel ordre régional pour dissuader l'Iran et effacer la Syrie. </i> » La Russie, qui joue sa place au Moyen Orient et la Chine, qui s'est faite expulser de Libye avec la chute de Khadafi affichent quant à elles leur opposition à toute intervention militaire et se déclarent partisanes d'une réforme interne du régime qui affaiblirait ainsi la position américaine et la Turquie, principale base militaire de l'OTAN dans la région. <br /> <br />Pour les Obama – Sarkozy, mais aussi pour les dirigeants russe et chinois, en Syrie comme partout, ce n'est pas la nature répressive et corrompue du régime qui pose problème, mais sa capacité à maintenir l'ordre et à s'insérer dans le « marché mondial ». Sur ce plan, le pion Bachar al-Assad, est désormais rejeté par une partie de ses anciens soutiers. Face à la révolution tunisienne et au processus révolutionnaire égyptien, l'impérialisme affaibli cherche à se maintenir tout en calculant en permanence la portée qu'aurait une déstabilisation de la Syrie. Mais la boite de Pandore est désormais grande ouverte, à un tel point que James Clapper, chef du renseignement américain, s'alarme du fait que des groupes non contrôlés, estampillés Al-Qaïda en Mésopotamie, ont réussi à <i>« infiltrer les groupes de l'opposition</i> » qui « <i>dans de nombreux cas ne sont pas au courant de leur présence </i> » (AFP 16 février). Pour Clapper, poursuit la dépêche, <i>« le problème, est que les groupes qui ont pris les armes contre le régime syrien sont fragmentés. (...) Il n'y a pas de mouvement national (…)</i> <i>L'armée syrienne libre (ASL), qui n'est qu'un nom générique pour désigner les opposants au régime, n'est même pas unie. Il y a des querelles internes pour déterminer qui va la diriger.</i> »<br /> <br />En 1926, analysant les rapports entre l'impérialisme américain et le reste du monde, Léon Trotsky indiquait que « <i>la puissance des Etats-Unis est précisément leur point vulnérable : elle implique leur dépendance croissante à l'égard des pays et des continents politiquement instables »</i>. En outre, pour asseoir sa domination, l'impérialisme cherche par tous les moyens à contrarier le processus de décomposition sociale des classes dominantes qui lui sont liées, ce qui ne fait qu'aggraver en retour les fractures sociales et exacerber la lutte des classes. Les contradictions auxquelles se trouve confronté l'impérialisme sont inextricables, provoquant guerres, chaos, révoltes partout où il intervient. <br /> <br />L'impérialisme cherche ouvertement à s'appuyer, nous l'avons vu, sur des groupes religieux, comme les Frères Musulmans au pouvoir en Egypte et partiellement en Tunisie, mais aussi en Turquie (le modèle turc), hier apparentés à l'axe du mal, pour juguler les mouvements populaires, mettre en place des réformes économiques, à savoir poursuivre les plans d'ajustement structurels, et combattre les groupes plus radicaux ouvertement anti occidentaux. <br /> <br />Selon l'écrivain palestinien Adel Adbul Rahman (journal <i>Al-Hayat al-Jadidah,</i> 22 juin 2011) : <i>« L'objectif des Américains qui sous-tend l'importance donnée aux relations avec l'Organisation des Frères musulmans (…) va beaucoup plus loin. D'abord comme Israël, les Etats-Unis veulent privilégier le rôle joué par les groupes islamiques modérés parmi toutes les composantes du nouvel ordre politique afin de bloquer les groupes fondamentalistes extrémistes. Deuxièmement, ils veulent attiser les conflits internes au sein de ces Etats arabes pour liquider les buts des révolutions arabes, c'est-à-dire la construction d'Etats laïques pour tous les citoyens. Troisièmement, ils se proposent d'introduire des dissensions au sein de la société des pays arabes, en particulier puisque les groupes religieux arabes continuent de refuser et sont incapables d'accepter la participation des autres groupes politiques, sociaux et religieux bien qu'ils persistent à proclamer devant les Américains et les Européens leur volonté de s'engager dans un partenariat politique ! Quatrièmement, à la lumière ce qui a été dit plus haut, ils veulent préparer le terrain pour que ces pays se divisent en mini-Etats, opposés les uns aux autres ce qui en fin de compte favoriserait l'objectif du nouveau Moyen-Orient. Cela a été confirmé par l'un des responsables des Frères musulmans en Palestine, fin mai quand il a dit</i> : “Maintenant la voie s'ouvre pour nous avec les Frères musulmans. Quiconque se dresse sur notre chemin sera écrasé sans pitié (…). On peut tout se permettre et quand la communauté des Frères musulmans arrivera au pouvoir, le monde entier changera.” <i>Ce membre de l'organisation des Frères musulmans ajoutait sans complexe</i> : “La Syrie et la Jordanie viendront ensuite. C'est nous qui gouverneront le monde arabe parce que c'est ce que veulent les étrangers (…).” <i> »<br /> <br /></i>Mais la position américaine est instable, hésitante, d'où la prolongation de la crise depuis un an. Ceci s'explique par le rôle traditionnel joué par le régime syrien, élément de l'ordre impérialiste dans la région, « meilleur ennemi » de l'Etat d'Israël, contrôlant le Hezbollah libanais comme la plupart des factions palestiniennes, n'hésitant pas selon ses propres besoins à les instrumentaliser.<br /> <br /></p> <h3 class="spip"> 3 – Répression et contre-révolution en Syrie<br /> <br /> </h3> <p>La Syrie n'est pas la Libye. Plus petite en superficie, elle est également beaucoup plus peuplée (23 millions d'habitants, contre 6 millions en Libye) et dotée d'une armée structurée et encore très largement disciplinée. Ces éléments, comme nous l'avons vu, poussent les stratèges de l'OTAN, notamment américains à mettre en débat la possibilité d'une intervention, dont les secousses risqueraient d'ébranler davantage l'Etat d'Israël, déjà affaibli par le mouvement révolutionnaire en Egypte. Au centre des préoccupations américaines, il y a aussi le souci d'éviter tout « débordement populaire » qui pourrait remettre en cause non seulement la nature sociale du régime mais surtout les accords passés et l'équilibre régional. <br /> <br />Au moment où nous écrivons, la conférence des autoproclamés « Amis de la Syrie » vient de se tenir à Tunis, c'est-à-dire en utilisant l'image symbolique des « révolutions arabes ». Elle a décidé de fournir des armes et moyens logistiques aux insurgés pour renforcer, dans la durée, la capacité des groupes armés à déstabiliser le régime par l'enracinement d'une guerre civile. <br /> <br />La Ligue Arabe, présidée actuellement par le Qatar — micro Etat au régime obscurantiste, qui a la particularité de posséder la troisième réserve mondiale de gaz — n'a jamais été à ce point active pour régler un problème interne d'un pays membre. L'objectif d'isoler le régime syrien en l'accusant de manière unilatérale d'actes de barbarie contre les civils, notamment dans les villes où se retranchent les groupes armés de l'ASL ne va pas sans contradictions lorsqu'il est confronté à la réalité du terrain. La Ligue arabe a ainsi organisé, à la demande de l'impérialisme, une mission d'observation sur le terrain entre le 24 décembre 2011 et le 18 janvier 2012, dont plusieurs points notent les actes de violence commis par des groupes armés à l'encontre des forces gouvernementales et de civils (point 27 notamment) et où plusieurs témoignages relatent des informations relatives à des explosions et actes de violence qui se sont avérés faux. Ce rapport a été vite enterré. Quant à eux, les attentats à la voiture piégée, méthode jusque là inconnue en Syrie trouveraient leur origine pour les uns dans l'incapacité militaire des opposants, notamment de « l'Armée Syrienne Libre » à entamer la cohésion des forces miliaires demeurant très largement liées au régime ; pour l'opposition, l'émergence de tels attentats serait une machination politique du pouvoir en place.<br /> <br />Selon l'ONU et plusieurs associations humanitaires, la répression aurait fait plus de 6000 victimes depuis le début du mouvement côté opposants et 1500 à 2500 du côté des forces liées au régime. S'il ne nous appartient pas de contester ces chiffres qui sont le reflet de la brutalité du conflit et des dirigeants de part et d'autre, il convient de noter que la couverture médiatique de la répression en Syrie est essentiellement relayée par les chaines Al-Jazira et Al-Arabiya, qui appartiennent respectivement aux familles régnantes du Qatar et de l'Arabie Saoudite et qui avaient réalisé un black-out total sur la répression des manifestations au Bahreïn. <br /> <br />Selon le journal britannique <i>The Guardian</i> (17 novembre 2011), <i>« l'image d'un régime qui tire sur des manifestants sans arme, ce qui correspondait à la réalité en mars et avril de cette année, est maintenant caduc. La prétendue</i> “Armée syrienne libre” <i>ne dissimule plus maintenant le fait qu'elle combat et tue les forces gouvernementales et la police et qu'elle opère à partir de lieux protégés bien à l'extérieur des frontières de la Syrie. Si elle se renforce, la guerre civile qui en est à ses débuts pourrait s'installer et pourrait prendre un tour de plus en plus ouvertement sectaire, entraînant le risque de pogroms contre des communautés rivales. Les Sunnites modérés de Syrie s'inquiètent de l'activisme croissant des Frères musulmans et de Salafistes qui ont pris une position dirigeante dans les rangs de l'opposition. Il est impossible de considérer que les vastes manifestations favorables au régime qui se sont déroulées à Damas et à Alep la semaine dernière n'étaient composées que de personnes venues sous la menace de perdre leur emploi s'ils ne descendaient pas dans la rue. Pendant ce temps, l'importante minorité chrétienne de Syrie se terre craignant de subir le même sort que les chrétiens d'Irak qui furent obligés de fuir lorsqu'ils se sont trouvés confrontés au fait que leur appartenance religieuse pouvait les désigner comme cible des tueries et que ces attentats commençaient à viser aussi au non musulmans. Au Nord de la Syrie, les Kurdes s'inquiètent également de l'avenir. Malgré le refus de longue date du régime d'accepter de reconnaître leurs droits nationaux, la plupart d'entre craignent davantage les Frères musulmans. »<br /> <br /></i><br /> <br /></p> <h3 class="spip"> 4 – Qu'est ce que l'opposition syrienne ?<br /> <br /> </h3> <p>Il convient ici de faire le point sur les différentes composantes de l'opposition au régime. Le Conseil National Syrien, majoritairement composé de membres de la branche syrienne de la confrérie des Frères Musulmans, est dirigé par un universitaire français d'origine syrienne, alibi laïque et démocratique. Constitué avec l'appui de la France, de l'Union Européenne, sur le modèle du CNT libyen, son siège est situé en Turquie. A noter que le CNS qui refuse toujours dans sa direction tout militant d'origine kurde vient juste d'accepter, le 26 février, et à la demande américaine, d'intégrer un membre alaouite. La proximité entre le CNS et le gouvernement turc s'explique par le fait que l'AKP (parti au pouvoir en Turquie) est lui-même une branche de la confrérie des Frères Musulmans, dont la maison mère vient de déclarer en Egypte qu'elle reconnaissait les accords de paix de Camp David passés entre l'Egypte et l'Etat d'Israël. La Turquie, qui cherche à jouer un rôle régional de premier plan (comprendre, devenir le premier relais de la politique américaine au Moyen Orient devant l'Arabie Saoudite et l'Egypte) accueille également sur son territoire les bases arrières de ce qui constitue l'“Armée Syrienne Libre” dont elle a permis la constitution. La légitimité de l'ASL est à ce point contestée que plusieurs groupes armés se sont également constitués en armées de libération aux noms divers.<br /> <br />Si le caractère répressif et mafieux du régime syrien dirigé par Bachar al-Assad n'est pas une nouveauté, la perspective d'un démembrement du pays par l'intermédiaire d'une intervention militaire voit se dresser contre elle l'écrasante majorité du peuple syrien toutes confessions confondues, loin des calculs politiques des relais locaux de l'OTAN, du gouvernement américain et de l'Union européenne. Cet élément incontournable ébranle les bases mêmes d'une opposition extérieure essentiellement fondée sur le principe de l'intervention. Un an après le début des troubles, il demeure difficile de connaître le point de vue du « peuple syrien », si ce n'est son opposition massive à toute forme d'ingérence extérieure. Mais le point commun des opposants officiels est de tout mettre en œuvre, avec l'appui de forces étrangères, pour contrôler le mouvement de révolte et lui ôter toute possibilité de formuler des revendications à la fois contre le régime et contre ceux qui de l'extérieur demandent sa chute.<br /> <br />Le journal saoudien <i>Al-Hayat</i> publié à Londres est l'expression directe de la diplomatie saoudienne, qui d'une part prône l'intervention militaire directe et d'autre part cherche à reprendre le dessus sur le Qatar et sur la Turquie qui prétend s'ériger en principal leader dans la région. Pour ses propres besoins, il donne une version intéressante des rapports entre les deux principaux groupes d'opposants. Le 3 janvier 2012, Al-Hayat indique en effet que « <i>les différents groupes de l'opposition syrienne se mentent les uns les autres (…) C'est la signature de l'accord entre le Conseil national syrien (CNS) et le Comité national pour le changement démocratique (CNCD) qui ont mis la lumière sur cette question</i> ». Le journal al-Hayat, précise que « <i>dans son article premier, l'accord stipule ouvertement le “rejet de toute intervention militaire étrangère, qui porte atteinte à la souveraineté et l'indépendance du pays” tout en précisant qu'une “intervention arabe n'est pas considérée comme une intervention étrangère”. Cependant l'accord contourne cette position dans son deuxième article qui appelle à “protéger les civils par tous les moyens légitimes dans le cadre du droit international des droits de l'homme.”</i> ». <br /> <br />Pour <i>Al-Hayat</i>, <i>« il ne fait aucun doute que la question centrale de ce document est celle d'une intervention étrangère. Malgré le fait que le document la rejette, ses interprètes l'approuvent (...) le communiqué publié par le bureau de Burhan Ghalioun (porte parole du CNS), rejette </i>“l'intervention étrangère au sol pouvant nuire à l'intégrité territoriale syrienne et à l'indépendance”<i> mais cependant est d'accord avec une </i>“intervention étrangère qui impose l'établissement de zones tampons sous embargo aérien et maritime”<i> (…) ce qui est certain, c'est que l'opposition syrienne à l'étranger est victime d'une crise morale. Elle se rend compte qu'une intervention internationale est une invitation à fragmenter le pays et à le détruire. Cependant, ses efforts pour arriver au pouvoir lui impose la nécessité d'imiter ses homologues en Irak et en Libye (…). </i> »<br /> <br />Quant à Haytham Manaa, porte parole du CNCD affiché « à gauche », il se prononce dans une interview au journal libanais <i>Al-Akhbar</i> (6 janvier 2012), pour une intervention militaire arabe sous forme de « Casques verts » qui seraient composés de Marocains, Tunisiens et Egyptiens, arguant, selon lui, qu'une telle intervention ne ferait pas de victimes civiles contrairement à une intervention occidentale de type OTAN. Voilà qui cependant ressemble au prélude de l'intervention militaire de l'OTAN en Libye, ouverte par l'envoi de 5000 membres des forces spéciales qataris sur le terrain. Dans la même interview, H. Manaa souligne la nécessité d'une direction de l'opposition formée d'opposants « historiques » en raison du manque d'expérience du peuple syrien ! <br /> <br />Ces éléments donnent toute son importance et son actualité à la conférence internationale tenue à Alger les 10, 11 et 12 décembre 2011, <i>« Contre les guerres d'occupation, contre l'ingérence dans les affaires internes des pays, en défense de l'intégrité et la souveraineté des nations ».</i> Pour la IVème Internationale, la défense pratique du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes passe par le combat contre toute forme d'ingérence. C'est là le préalable à la définition de tout regroupement indépendant dont les revendications s'opposent autant aux régimes policiers et corrompus, relais de l'impérialisme, qu'à ceux qui prétendent les remplacer sur la base de la défense de la propriété privée des moyens de production.</p> </td></tr> </tbody> </table></div> <hr /> <div class='rss_notes'><div id='nb2-1'> <p><span class="spip_note_ref">[<a href='#nh2-1' class='spip_note' title='Notes 2-1' rev='footnote'>1</a>] </span>Dans une déclaration du Comité international du Secrétariat unifié qui se prétend frauduleusement la IVème Internationale, on peut ainsi lire, à propos de la Syrie : <i>« Des forces militaires syriennes de gauche se sont engagées dans cette insurrection pour que l'auto-organisation du peuple se développe » </i> ! Les forces militaires de gauche armées et financées par l'impérialisme ou le Qatar… ! Quant à l'auto-organisation du peuple soumis aux violences et à la guerre civile… Derrière le langage radical, c'est la couverture à l'extrême gauche de l'impérialisme.</p> </div></div> Déclaration du Secrétariat international de la IVe Internationale http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article147 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article147 2011-09-09T12:26:00Z text/html fr Devan <p>Au moment où se réunit le Secrétariat international de la IVe Internationale, il n'est au pouvoir de personne de prédire avec exactitude sous quelle forme, dans quel ordre et à quel rythme, vont s'enchaîner les événements sur tous les continents dans les prochaines semaines.<br class='autobr' /> Une chose est certaine : la « récession mondiale » est sortie du domaine des prévisions pessimistes pour entrer dans celui de la réalité, avec toutes ses conséquences dramatiques pour des milliards d'êtres humains.<br class='autobr' /> L'aggravation de (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>9 septembre 2011</div> <div class='rss_texte'><p>Au moment où se réunit le Secrétariat international de la IVe Internationale, il n'est au pouvoir de personne de prédire avec exactitude sous quelle forme, dans quel ordre et à quel rythme, vont s'enchaîner les événements sur tous les continents dans les prochaines semaines.</p> <p>Une chose est certaine : la « récession mondiale » est sortie du domaine des prévisions pessimistes pour entrer dans celui de la réalité, avec toutes ses conséquences dramatiques pour des milliards d'êtres humains.</p> <p>L'aggravation de la crise de domination de l'impérialisme américain est un facteur d'accélération de toute la crise mondiale. Le surgissement de la révolution prolétarienne en Tunisie, se dressant contre l'impérialisme (FMI, accord d'association avec l'Union européenne), déstabilise “l'ordre” qu'il cherche à préserver par la guerre contre-révolutionnaire à travers l'intervention en Libye, tournée contre le mouvement des peuples de la région et du monde entier.</p> <p>Des pans entiers de l'économie mondiale sont au bord de l'effondrement. Les locomotives que constituaient ces dernières années, pour toute l'économie capitaliste mondiale, les Etats-Unis et l'Allemagne, se heurtent une nouvelle fois frontalement aux limites du marché. Elles sont littéralement en train de “caler”, bouleversant l'équilibre déjà fragile qui reliait la Chine (1er exportateur mondial) et les principaux pays « émergents » à un marché mondial désormais en voie de dislocation. Les circuits de financement, eux-mêmes, sont menacés de se tarir sous l'effet dévastateur de la crise de tout le système financier.</p> <p>Le sort de milliards d'êtres humains est en jeu. La question de l'ouverture d'une issue à cette “crise” – la crise mortelle du système impérialiste fondé sur la propriété privée des moyens de production – se pose à nouveau et avec une ampleur inégalée à la classe ouvrière et aux peuples du monde entier.</p> <p>Seul le socialisme libérateur de l'exploitation capitaliste et de l'oppression peut ouvrir cette issue. Elle exige d'avancer dans la résolution de la crise de la direction de la classe ouvrière. Jamais comme aujourd'hui ne s'est trouvée à ce point vérifiée toute l'actualité du Programme de transition qui fonde la IVe Internationale : <i>« Les bavardages de toutes sortes, selon lesquels les conditions historiques ne seraient pas encore “mûres” pour le socialisme, ne sont que le produit de l'ignorance ou d'une tromperie consciente (…). Sans révolution socialiste (…), la civilisation humaine toute entière est menacée d'être emportée dans une catastrophe. Tout dépend du prolétariat, c'est-à-dire au premier chef de son avant-garde révolutionnaire. La crise historique de l'humanité se réduit à la crise de la direction révolutionnaire. »</i></p> <p>Elle se pose dans des conditions où la politique des dirigeants des grandes puissances, en proie aux déchirements provoqués par la remontée jusqu'à eux de tous les symptômes de la crise générale de leur système de domination est faite d'une suite d'incohérences meurtrières, de volte-face permanentes et de scandales à répétition. Une politique qui dévoile, chaque jour davantage, le degré de corruption et de décomposition atteint dans tous les pays par un personnel de parasites au service exclusif des gangs capitalistes et mafieux et tend à orienter la colère des masses sur la question cruciale du pouvoir.</p> <p>Le surgissement des masses ouvrières et paysannes dans la révolution tunisienne, puis, quelques semaines plus tard, le déferlement qui a chassé le Raïs en Egypte, a ouvert une nouvelle période révolutionnaire à l'échelle mondiale.</p> <p>C'est aujourd'hui au tour de l'Europe de s'y engager. En Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne, en Italie… grèves et manifestations se succèdent. Et même si les travailleurs n'ont pas encore pu déployer toute leur force, même si, à ce stade, ils ne sont pas encore parvenus surmonter les obstacles dressés par des directions qui s'acharnent à ne pas rompre le lien qui les relie à la politique dictée par l'UE et à tenter de diviser les forces de la classe ouvrière, les centaines de milliers de travailleurs et de jeunes qui ont manifesté ces dernières semaines dans tous ces pays expriment la volonté qui mûrit parmi les plus larges masses dans tout le vieux continent : arrêter, par leur lutte de classe, la mécanique qui prétend les sacrifier et liquider tous leurs droits pour garantir le paiement des centaines de milliards d'euros d'intérêts aux détenteurs de la dette publique, aux cliques parasites des possesseurs des moyens de production et aux spéculateurs de toutes sortes. La révolution prolétarienne frappe à présent aux portes de l'Europe.</p> <p>En se dirigeant instinctivement contre la domination des puissances impérialistes (en particulier d'Europe) responsables, depuis des décennies, de la survie du régime de la dictature, notamment à travers les accords d'association avec l'UE ; en remettant en cause la domination des trusts internationaux (notamment européens) qui avaient délocalisé leurs productions durant des années, aux portes de l'Europe, vers les fameuses zones de bas salaires ; le surgissement des masses tunisiennes pour le pain, la liberté et la souveraineté, s'appuyant sur leur organisation historique, l'UGTT et cherchant à constituer leurs propres comités, a puissamment contribué, et contribue aux développements révolutionnaires qui mûrissent aujourd'hui en Europe.</p> <p>Le mouvement révolutionnaire qui mûrit aujourd'hui en Europe élargira les brèches ouvertes dans le système de domination impérialiste et viendra à son tour en appui aux développements des révolutions tunisienne et égyptienne. L'issue des combats qui s'engagent sur le vieux continent influera de façon décisive sur les développements révolutionnaires dans le monde entier.</p> <p>En effet, l'impérialisme le plus puissant, l'impérialisme américain, en même temps qu'il frappe brutalement la classe ouvrière des Etats-Unis, va, pour faire payer les frais de sa propre crise par ses supplétifs, pour tenter de desserrer l'étau qui se referme sur lui, pour piller et « dévaster toutes les créations du travail pendant des siècles », se déchaîner contre l'Europe, contre ce qui demeure des relations sociales issues de son histoire, contre les prérogatives de ses nations, contre les derniers restes de prétentions nationales de ses bourgeoisies et surtout, contre sa classe ouvrière qui demeure encore la plus organisée de la planète.</p> <p>Un choc gigantesque s'engage entre, d'une part des bourgeoisies débiles, des gouvernements tous plongés, sans exception, dans une crise sans issue et qui tous se sont faits les instruments serviles des institutions internationales (FMI, UE, BCE) au service de l'impérialisme américain, et d'autre part, un prolétariat qui campe encore, malgré les coups reçus, sur les principales conquêtes sociales arrachées à l'issue de la dernière guerre mondiale.</p> <p>Un choc gigantesque s'engage, en conséquence, au sein du mouvement ouvrier entre les exigences de survie élémentaire des masses ouvrières et la politique de soumission des directions à la défense du système de la propriété privée des moyens de production, qui se concentre aujourd'hui dans la reconnaissance de « l'obligation de réduction des déficits publics », de l'obligation de payer la dette et la nécessité de faire participer les directions des syndicats à la « gouvernance ». Un combat inexpiable s'engage. Un combat dont les rythmes peuvent être accélérés à tout moment par les développements imprévisibles de la crise.</p> <p>Jamais ne se sera posée avec cette clarté, simultanément dans toute l'Europe, la question du combat pour la réalisation de l'unité de la classe avec ses organisations, pour vaincre par la lutte des classes ces gouvernements européens débiles, isolés, suspendus en l'air, pour défaire leurs plans d'austérité dictés par le FMI, porter atteinte à la sacro-sainte propriété privée des moyens de production en annulant de fait la dette, pour abroger les traités qui remettent en cause toute notion la plus élémentaire de souveraineté populaire et ouvrir la voie à l'instauration dans tous les pays européens d'une véritable république démocratique.</p> <p>Jamais ne se sera posée, simultanément à cette échelle et sous des formes aussi proches sur tout le continent – à l'Ouest comme à l'Est et au Nord comme au Sud de l'Europe – la question centrale de la politique des directions des organisations de classe qui tentent d'inscrire leur action dans un « consensus » destiné à instaurer la « gouvernance » qui les associerait à la conduite des plans de destruction exigés par le capital financier et véhiculés par la troïka (FMI, UE, BCE), et pose par conséquent l'exigence de la rupture avec ce consensus. En Espagne, par exemple, là où les directions syndicales étaient allées le plus loin dans le « pacte social », celles-ci, prises en étau entre la poussée des masses qu'exprime la mobilisation des enseignants et le coup d'éclat de Zapatero, ont du prendre position contre la « règle d'or ».</p> <p>Jamais ne se sera posée aussi simplement sur le continent européen, déjà ravagé par deux conflits mondiaux, désindustrialisé et désertifié par trente ans d'Union européenne… la question d'une véritable Union libre des peuples libres et des nations libres d'Europe.</p> <p>Jamais ne se sera imposée, comme seule issue rationnelle, la question de la constitution des « Etats-Unis socialistes d'Europe », fédérant des gouvernements portés au pouvoir par les travailleurs, s'affranchissant de la propriété privée des moyens de production, expropriant les banques et les fonds financiers pour disposer des moyens de réorganiser harmonieusement la production à l'échelle du continent, dans le but de garantir l'emploi à tous les travailleurs, à tous les jeunes, de rétablir les retraites et toutes les conquêtes sociales arrachées par des décennies de luttes.</p> <p>Des Etats-Unis socialistes d'Europe qui, en expropriant les trusts européens, contribueraient à ouvrir une perspective émancipatrice à tous les peuples de la planète, proposant à toutes les nations d'établir des relations de coopération, de fraternité et d'égalité totale, en particulier avec le peuple tunisien, et, plus largement, les peuples du Maghreb et d'Afrique.</p> <p>Pour le Secrétariat international de la IVe Internationale, les développements européens actuels ouvrent la possibilité à la IVe Internationale de franchir un pas décisif à l'échelle de tout le continent dans le regroupement d'une force politique organisée, capable d'aider sa classe à l'emporter et à ouvrir la voie à la constitution de véritables gouvernements ouvriers prenant en main la mise en œuvre d'un programme d'urgence et de sauvetage de la population laborieuse et de la jeunesse.</p> <p>Sous les formes propres à chaque pays et face à la politique des directions traditionnelles, il s'agit pour les militants de la IVème Internationale de jeter les bases d'authentiques partis ouvriers (ou, sous des formes appropriées, de regroupements politiques indépendants) en commun avec des militants d'origines diverses, en prenant appui sur les résultats de la Conférence mondiale d'Alger (novembre 2010) et les campagnes engagées par l'Entente internationale des travailleurs et des peuples.</p> <p>Pour le Secrétariat international de la IVe Internationale, le premier pas à franchir dans cette voie, le premier pas dicté par l'urgence de la situation, se résume dans l'engagement sans réserve dans le combat pour aider au regroupement sans condition de tous les travailleurs, militants et cadres ouvriers, quelles que soient leurs appartenances politiques passées ou présentes, qui se déclarent aujourd'hui prêts à mener, dans tous les pays d'Europe, le combat sans répit pour que l'unité se réalise sur une plateforme simple : <i>« Ne céder sur rien, ne renoncer à aucune revendication sous prétexte du fameux “intérêt général” qui représente toujours les seuls intérêts des banquiers et des spéculateurs. Retrait de tous les plans d'austérité ! Rejet des prétendus plans de sauvetage de la Grèce qui ne sont que des plans de sauvetage des banques ! Annulation de toutes les échéances de paiement de la dette ! Affectation d'urgence des sommes récupérées sur les spéculateurs aux écoles, aux hôpitaux… ! Annulation de la dette ! Défense de l'indépendance du mouvement ouvrier ! Non au consensus ! »</i></p> <p>Le Secrétariat international de la IVe Internationale soutient et salue le meeting internationaliste appelé sur cet axe, à Paris, le 1er octobre, par le Parti ouvrier indépendant (POI), où prendront la parole des militants ouvriers de toute l'Europe. Le Secrétariat international appelle à soutenir toutes les décisions qui y seront prises et qui auront pour but de coordonner dans toute l'Europe ce combat dans les semaines décisives qui s'annoncent.</p> <p>Pour le Secrétariat international de la IVe Internationale, franchir un pas dans l'aide pratique au développement des processus révolutionnaires qui sont engagés sur le vieux continent constitue un point d'appui majeur pour la classe ouvrière mondiale. Cela est vrai en particulier aux Etats-Unis, où la classe ouvrière est confrontée aux mêmes attaques et aux mêmes obstacles qu'en Europe, et où la mobilisation de masse du Wisconsin – même si elle n'a pas abouti – a, pour des millions de travailleurs et de jeunes et à une échelle inconnue depuis des décennies, ouvert une voie, celle de la lutte de classe directe pour défaire le gouvernement et les capitalistes.</p> <p>Pour le SI, la présence d'un dirigeant ouvrier tunisien à la tribune de ce meeting fait le lien entre le combat des militants ouvriers européens pour abattre les plans d'austérité et le combat sur le continent africain pour la souveraineté nationale, contre les guerres conduites par les impérialistes, et tout particulièrement les impérialismes français et britannique, pour « somaliser » le continent et faire main basse sur ses ressources et sa main-d'œuvre esclave, des interventions qui menacent directement les révolutions tunisienne et égyptienne et la souveraineté nationale de l'Algérie.</p> <p>Pour le Secrétariat international, le succès du meeting internationaliste à Paris, les progrès dans le regroupement d'une force politique dans tous les pays européens, se situant sur le plan de la défense intransigeante de l'indépendance de classe des organisations ouvrières, donc de la rupture avec l'impérialisme agonisant, le développement de la lutte des classes en Europe pour faire chuter les plans du FMI, représenteraient l'aide la plus précieuse apportée à la classe ouvrière américaine qui combat au cœur de « la bête ». Cela représenterait une aide toute aussi précieuse pour les travailleurs et les peuples d'Afrique, d'Asie et d'Amérique qui luttent en défense de leurs nations contre la guerre, le pillage étranger et l'exploitation.</p> <h3 class="spip">Pour mener ce combat, la IVe Internationale appelle travailleurs, militants et jeunes à rejoindre ses rangs !</h3></div> Appel de la IVe Internationale http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article71 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article71 2011-04-19T20:59:00Z text/html fr Devan <p>« Du pain, de l'eau, pas Ben Ali ! »<br class='autobr' /> C'est sur ce mot d'ordre de la jeunesse tunisienne, des travailleurs et de toutes les couches de la société que s'est développée la révolution en Tunisie. A sa suite, on a assisté au surgissement des masses en Égypte.<br class='autobr' /> La révolution ouvrière qui a commencé en Tunisie a une portée mondiale. Elle remet en cause l'« ordre mondial » sous l'égide des USA. Une nouvelle situation mondiale s'est ouverte, marquée par ces poussées (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>19 avril 2011</div> <div class='rss_texte'><h3 class="spip">« Du pain, de l'eau, pas Ben Ali ! »</h3> <p>C'est sur ce mot d'ordre de la jeunesse tunisienne, des travailleurs et de toutes les couches de la société que s'est développée la révolution en Tunisie. A sa suite, on a assisté au surgissement des masses en Égypte.</p> <p>La révolution ouvrière qui a commencé en Tunisie a une portée mondiale. Elle remet en cause l'« ordre mondial » sous l'égide des USA. Une nouvelle situation mondiale s'est ouverte, marquée par ces poussées révolutionnaires des masses, mais aussi par le barrage dressé par la contre‐révolution.</p> <p>Il s'agit d'un combat mondial qui oppose l'immense majorité, c'est à dire le peuple travailleur, à la minorité capitaliste. Un combat qui concerne directement tous les travailleurs, les militants, les jeunes que révoltent les conséquences de la domination capitaliste, et qui s'identifient et se solidarisent avec la révolution tunisienne.</p> <p> L'impérialisme cherche par tous les moyens à préserver les régimes en place en Tunisie et en Égypte sous couvert de « transition démocratique ». L'impérialisme cherche à maintenir la subordination de ces pays par le biais des accords d'association avec l'Union européenne, les plans du FMI.</p> <p>La souveraineté populaire et nationale, le renforcement de l'UGTT, les « comités de défense de la révolution », la tenue d'une véritable Assemblée constituante en juillet en Tunisie sont contradictoires avec ces accords de subordination au régime de la propriété privée.</p> <p>Contre les travailleurs qui se ressaisissent de leur organisation historique, l'UGTT, qui ont constitué leurs comités, l'impérialisme cherche à utiliser les forces issues de l'ancien régime, RCD et d'autres partis d'opposition, pour préserver ces accords et vider la Constituante de son contenu. Le gouvernement de « transition démocratique », appuyé sur certains partis d'opposition, appelle à la fin des grèves et des manifestations au moment où les travailleurs multiplient les grèves pour « le pain et l'eau ». C'est pourquoi il y a offensive contre l'UGTT et aussi contre les comités, pour remettre en cause la possibilité pour les travailleurs et la jeunesse de décider librement de leur avenir.</p> <hr class="spip" /> <p> L'histoire nous enseigne que pour vaincre, la classe ouvrière doit être organisée en syndicat et en parti.</p> <p>Il y a plus de 90 ans, les masses de Russie, sur l'exigence de « la paix, le pain, la terre » ouvraient la voie à la première révolution victorieuse qui expropriait le capital.</p> <p>Pour réaliser cela, entre Février et Octobre 1917, les masses ont dû surmonter bien des obstacles et, au premier chef, celui du gouvernement provisoire qui, lui aussi, prétendait assurer la « transition démocratique ».</p> <p>Le Parti bolchevique, bien qu'il ait été un petit parti minoritaire dans la classe ouvrière, mais parce qu'il y occupait des positions solidement implantées, a pu, dans le cours du développement de la révolution, aider les masses organisées dans les soviets à submerger la politique des « grands partis » dirigeants, et ouvrir la voie à la victoire de la révolution russe, permettant la satisfaction des revendications fondamentales du peuple.</p> <p>Évidemment, Tunis 2011 n'est pas Pétrograd 1917.</p> <hr class="spip" /> <p><strong>Mais une période historique s'ouvre où révolutions et contre­révolution s'affrontent. L'impérialisme répond à cette vague révolutionnaire par le déclenchement de la guerre en Libye, sous couvert d'arguments « démocratiques » et « humanitaires ».</p> <p>Cette nouvelle situation exige de construire et de renforcer la IVe Internationale à l'échelle mondiale. Et cette tâche exige de construire et de renforcer la IVe Internationale en Tunisie et au Moyen­Orient pour aider les travailleurs et la jeunesse à se doter, dans le cours des processus révolutionnaires, d'une représentation politique ouvrière indépendante.</p> <p>C'est là la longue tradition du mouvement ouvrier internationaliste depuis la Ire Internationale, que de contribuer à la construction de partis révolutionnaires, sans aucune condition politique si ce n'est d'œuvrer à la réalisation du vieux principe : « L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux­mêmes ». </strong></p> <p><strong>C'est pourquoi le Secrétariat international de la IVe Internationale a décidé de constituer un « Fonds révolution tunisienne » pour aider à la construction de la IVe internationale en Tunisie et au Moyen-Orient.</strong></p> <h3 class="spip">Il appelle les militants, travailleurs et jeunes à verser à ce fonds.</h3></div> La portée internationale de la révolution prolétarienne en cours en Tunisie http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article18 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article18 2011-03-13T22:27:00Z text/html fr Devan <p>La révolution qui a commencé en Tunisie et qui ne cesse de s'approfondir est une authentique révolution prolétarienne. La mise en mouvement d'une jeunesse précarisée et au chômage, des travailleurs, des paysans et d'autres couches de la société tunisienne s'est réalisée sous le mot d'ordre : “De l'eau, du pain, pas Ben Ali !” Ainsi sont reliées dans un même mot d'ordre les exigences de la démocratie et les revendications sociales et ouvrières contre un régime inféodé à l'impérialisme, qui avait pour tâche (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>13 mars 2011</div> <div class='rss_chapo'><p>La révolution qui a commencé en Tunisie et qui ne cesse de s'approfondir est une authentique révolution prolétarienne. La mise en mouvement d'une jeunesse précarisée et au chômage, des travailleurs, des paysans et d'autres couches de la société tunisienne s'est réalisée sous le mot d'ordre : “De l'eau, du pain, pas Ben Ali !” Ainsi sont reliées dans un même mot d'ordre les exigences de la démocratie et les revendications sociales et ouvrières contre un régime inféodé à l'impérialisme, qui avait pour tâche d'assurer la “stabilité” de l'exploitation des masses tunisiennes par l'accord d'association avec l'Union européenne et les plans d'ajustement structurel du FMI.</p> <p>Dans ce mouvement, les travailleurs occupent une position centrale. Dans un même mouvement, ils cherchent à se réapproprier leur organisation historique, l'UGTT, qui a été le principal vecteur de cette mobilisation massive du peuple travailleur tunisien et à constituer leurs comités de défense de la révolution, avec au centre de ceux-ci les jeunes et les syndicalistes.</p> <p>Seule la classe ouvrière, s'appuyant sur son organisation historique, est à même de rassembler la nation contre l'impérialisme et ses valets. Les comités constitués n'ont pas encore résolu la question de leur centralisation à l'échelle nationale. Mais ils dessinent déjà des formes d'un pouvoir indépendant représentant les intérêts des opprimés et des exploités. Déjà d'une certaine manière, ils se dressent comme un possible double pouvoir face aux institutions du régime que les masses cherchent à démanteler et que l'impérialisme US et l'UE cherchent à protéger sous couvert de “transition démocratique”.</p> <p>Parce qu'il s'agit d'une révolution ouvrière, s'attaquant à un régime inféodé à l'impérialisme – c'est-à-dire du régime fondé sur la propriété privée des moyens de production à l'agonie – le mouvement révolutionnaire des masses se heurte frontalement à la domination impérialiste. La moindre de ses revendications est en contradiction absolue avec le maintien de la domination impérialiste qui, elle, à l'inverse, cherche par tous les moyens à préserver les régimes qui lui sont inféodés.</p></div> <div class='rss_texte'><h3 class="spip">L'issue face à la barbarie, seules les masses peuvent l'ouvrir</h3> <p>A juste titre, l'Administration Obama, le gouvernement français, l'UE et leurs agents en Tunisie s'alarment de la tentative des masses ouvrières et paysannes tunisiennes de prendre en mains leur destin : « Le chaos menace en Tunisie, les soviets se mettent en place dans les usines. » (Les Echos, 7 mars 2011)</p> <p>La souveraineté populaire et nationale, la démocratie, c'est cela que l'impérialisme appelle « chaos ». Durant des semaines et des semaines, appuyé par l'impérialisme et les partis dits d'opposition, le gouvernement tunisien qui avait pour charge d'assurer la continuité du régime s'est opposé à l'exigence portée par tout un peuple, de l'Assemblée constituante, et lui a opposé la perspective d'élections présidentielles, c'est-à-dire le maintien du régime en le « rénovant ».</p> <p>Ce mouvement qui vient d'en bas a mis en mouvement des millions et des millions avec l'UGTT et les comités de défense de la révolution, et a contraint une nouvelle fois le gouvernement à reculer et à convoquer des élections à une Assemblée constituante. Mais immédiatement ces mêmes forces attachées à l'impérialisme, essaient de transformer ces élections en législatives, dans le but de préserver le régime.</p> <p>Le mot d'ordre d'Assemblée constituante signifie le démantèlement de toutes les institutions de l'ancien régime et l'établissement de la souveraineté nationale par la rupture de l'accord d'association avec l'UE et des plans d'ajustement structurel du FMI, par l'annulation de la dette externe, qui se trouvent au centre des mobilisations et des grèves ouvrières pour la renationalisation des entreprises et des banques (dans lesquelles les travailleurs chassent les directeurs et autres administrateurs du régime), pour l'expropriation des biens de la famille du dictateur.</p> <p>Une authentique Assemblée constituante c'est une constituante prenant dans ses mains tous les pouvoirs, inscrivant dans la Constitution, tout ce pour quoi les masses se sont mobilisées depuis des semaines : « du pain et de l'eau », c'est-à-dire pour des revendications contradictoires avec les exigences découlant de l'accord d'association avec l'Union européenne, les plans du FMI, et le remboursement de la dette.</p> <p>Dans toutes les usines, les travailleurs exigent des augmentations salariales, la renationalisation des entreprises. Les jeunes chômeurs exigent l'embauche immédiate dans les entreprises d'Etat. Les travailleurs précaires exigent leur titularisation sous statut. Les paysans exigent la saisie des terres. C'est ce mouvement même des comités, appuyés sur l'UGTT qui peut déboucher sur une véritable assemblée constituante souveraine.</p> <h3 class="spip">Une nouvelle étape de la situation mondiale</h3> <p>La révolution en Tunisie est une révolution internationale. Quels que soient les formes et rythmes des événements à venir, une situation nouvelle s'est ouverte à l'échelle internationale, qui voit les travailleurs et les peuples repasser à l'offensive contre le capital.</p> <p>La révolution tunisienne, c'est la pointe avancée du combat de résistance et d'émancipation des travailleurs et des peuples à l'échelle mondiale. C'est le mouvement qui s'est exprimé en 2010, dans la plupart des pays européens – Grèce, Irlande, Grande-Bretagne, France, Espagne… contre les plans de destruction de l'UE et du FMI, mouvement de résistance contenu pour l'instant, par politique des appareils dirigeants du mouvement ouvrier.</p> <p>La jeunesse de Tunisie exprime le combat de la jeunesse du monde entier pour le droit à un avenir comme les étudiants de Grande-Bretagne, massivement mobilisés contre les « réformes » du gouvernement et comme ceux d'Algérie, mobilisés contre la « réforme LMD » qui casse leurs diplômes, comme les jeunes chômeurs qui exigent « un vrai travail, un vrai salaire ».</p> <p>C'est le même mouvement qui a amené les travailleurs et les masses en Bolivie à s'opposer aux mesures d'austérité de Morales par la manifestation et la grève, ce qui recoupe la situation dans tout le continent. C'est la résistance des travailleurs nord-américains qui, à Madison, dans l'Etat du Wisconsin, ont occupé le Capitole contre la décision du gouverneur d'interdire les droits syndicaux les plus élémentaires. Oui, la révolution prolétarienne tunisienne recoupe d'Haïti au Bangladesh et du Bangladesh au Brésil la résistance, le combat d'émancipation des travailleurs et des peuples.</p> <p>Cette situation nouvelle vérifie en tous points la validité des analyses et décisions adoptées par le VIIème Congrès mondial de la IVème Internationale. Rappelons que celui-ci s'est tenu à la fin de l'année 2009, au moment où précisément la “crise financière” frappait l'ensemble des continents, entraînant à un appauvrissement massif des peuples et des licenciements par millions…</p> <p>Lors de ce VIIème Congrès, la IVème Internationale a affirmé que, sous la crise financière, il s'agissait en réalité, de la crise du système de la propriété privée des moyens de production, la crise du système capitaliste, d'un régime à l'agonie entraînant l'humanité à la barbarie.</p> <p>Cette crise de 2008-2009 sonnait comme un avertissement. L'impérialisme et notamment l'impérialisme américain qui, au nom de la guerre contre le terrorisme” avait engagé une guerre contre tous les peuples, disloquant l'Irak et l'Afghanistan, ne pourrait pas, indéfiniment s'attaquer aux acquis, aux droits ouvriers, aux nations et aux peuples, sans provoquer leur réaction.</p> <p>Dans cette situation extrêmement difficile pour les travailleurs et les peuples du monde entier, le VIIème Congrès de la IVème Internationale, sur la base de l'appréciation qu'il s'agit d'un régime social à l'agonie avait réaffirmé que l'ordre du jour était celui de la révolution prolétarienne, le combat pour l'expropriation du capital était la seule issue face à la barbarie.</p> <p>C'est pourquoi le VIIème Congrès de la IVème Internationale avait appelé à la construction et au renforcement de la IVème Internationale. Construction indissociable du combat pour rassembler, regrouper dans chaque pays et à l'échelle internationale, des militants, travailleurs, syndicalistes qui entendaient combattre pour aider les travailleurs à s'ouvrir une issue face à la barbarie capitaliste et qui, pour cela, agissent pour l'indépendance de la classe ouvrière et de ses organisations.</p> <p>Moins de deux ans plus tard, le développement du processus révolutionnaire en Tunisie confirme cette analyse : les masses ouvrières et paysannes n'ont d'autre issue face au talon de fer que veut imposer à la planète le capital (notamment US) que de se dresser et recourir à ses formes d'action et d'organisation propres pour se défendre.</p> <p>Cette révolution se dresse contre l'impérialisme et déstabilise « l'ordre mondial » sous l'égide des Etats-Unis. Comme produit de cette révolution, une lame de fond touche toute la région. Précisément, parce qu'elle a ouvert une crise de l'ordre mondial sous l'égide de l'impérialisme US, sa conjonction avec des mobilisations populaires dans d'autres pays a encore accentué cette crise de l'impérialisme mondial. Une nouvelle étape de la situation mondiale s'est ouverte.</p> <p>En Egypte, en se débarrassant de Moubarak, l'état-major, en accord avec l'Administration US, a cherché à préserver le régime c'est-à-dire l'appareil militaire face à la mobilisation révolutionnaire des masses. Le “Conseil suprême des forces armées” a mis en place une Commission de 6 juristes dont un représentant des Frères musulmans, pour “toiletter” la Constitution actuelle c'est-à-dire la préserver, préserver le régime qui a appliqué servilement tous les plans de privatisations du FMI. L'appareil militaire a commencé à engager la répression contre les manifestants. Il appelle à l'arrêt des grèves et des manifestations, qui se multiplient et se développent. Mais la mobilisation massive du peuple a abouti à la chute du gouvernement Shafiq qu'il réclamait et a contraint une nouvelle fois l'appareil militaire à lâcher du lest pour tenter de préserver son pouvoir.</p> <p>Constituant leurs syndicats de base et exigeant la liquidation du “syndicat officiel”, la classe ouvrière égyptienne cherche à se doter de syndicats indépendants. Des mobilisations paysannes chassant les organismes agricoles officiels se développent pour exiger le contrôle de la terre au service des paysans pauvres. Les masses se lancent à l'attaque des bâtiments de la sécurité d'Etat.</p> <p>Dans ce contexte, l'Administration américaine doit peser de tout son poids pour maintenir la domination du régime militaire garant du respect des accords de Camp David avec l'Etat d'Israël, du Plan d'ajustement structurel, et du maintien de l'ordre dans la région au moment où s'enflamme le Moyen-Orient et où ces développements révolutionnaires sont un appel d'air pour la révolution palestinienne.</p> <p>Le retour précipité du roi Abdallah en Arabie saoudite, alors qu'il était en convalescence à l'étranger, traduit cette panique. « La pompe à essence du monde est en feu ! » écrit le quotidien financier La Tribune (7 mars). Aux frontières du royaume à Oman, au Yémen et surtout à Bahreïn, les soulèvements en cours menacent l'ordre et la stabilité de l'Arabie saoudite, au cœur du dispositif US des pétromonarchies. A Bahreïn, la 5ème Flotte américaine a été mise en état d'alerte.</p> <p>Alors que l'impérialisme US a puissamment contribué à la dislocation du Soudan, à Bahreïn, c'est aux cris de « Chiites, Sunnites, tous unis ! » que les masses exigent une Assemblée constituante pour en finir avec 242 ans d'Emirat. L'intervention militaire saoudienne à Bahreïn ouvre la voie au chaos dans le cadre du « Grand Moyen-Orient ».</p> <h3 class="spip">Pour l'impérialisme, la solution, c'est la guerre</h3> <p>Prenant prétexte de la féroce répression du régime Kadhafi, l'Administration US a décidé d'envoyer ses navires aux larges des côtes libyennes. Elle en appelle à une intervention militaire, aiguisant les contradictions dans les sommets de l'Union européenne, Sarkozy et le Premier ministre britannique Cameron s'empressant d'y répondre favorablement ainsi que la Ligue arabe (à l'exception de la Syrie et de l'Algérie), réunie en sommet le 12 mars.</p> <p>La barbarie du régime Kadhafi qui continue à bombarder les populations ne saurait faire oublier le sort que réserve l'impérialisme US aux peuples afghan et irakien. Derrière les références hypocrites à “l'ingérence humanitaire” et à la « zone d'exclusion aérienne », il s'agit du contrôle direct de la Libye, de ses hydrocarbures, de son peuple par l'impérialisme et d'une menace directe pour les processus révolutionnaires des peuples voisins d'Egypte et de Tunisie, mais aussi contre la souveraineté et l'intégrité de l'Algérie et du Maroc. C'est là encore une tentative de mettre sur pied sous l'égide des Etats-Unis le projet AFRICOM, enserrant le continent dans un dispositif militaire intégré, dirigé par l'impérialisme US.</p> <p>Rappelons qu'après le 11 septembre 2001, Kadhafi s'est enrôlé dans l'opération US de “guerre contre le terrorisme”. Sa lutte contre Al Qaïda a été le motif de son retrait de la liste des pays terroristes par l'Administration US, sans oublier qu'il a largement privatisé l'économie. Cela a permis à Kadhafi de multiplier les initiatives correspondant aux exigences américaines de Grand Moyen-Orient, notamment de dépeçage des nations. Le 14 janvier, à l'issue du référendum qui a consacré la partition du Soudan, le gouvernement américain a retiré ce pays de la liste des « Etats qui soutiennent le terrorisme ».</p> <p>Le rejet massif de Kadhafi par le peuple libyen est certes lié, comme pour tous les peuples, à une profonde aspiration à la liberté et au rejet d'un régime oppresseur qui nie toute liberté. Cependant, la situation est contradictoire. Il y a la mobilisation populaire. Mais, il y a aussi des traits comparables à certaines situations provoquées et manipulées par l'impérialisme en Afrique quand il suscite la lutte clans contre clans, le retour au tribalisme et au communautarisme. En Libye, ils veulent utiliser les grands chefs tribaux de Libye, les ex du régime de Kadhafi pour opposer la Cyrénaïque et la Tripolitaine… pour « somaliser » la Libye et la disloquer.</p> <h3 class="spip">Europe, Etats-Unis…</h3> <p>Les prétextes “humanitaires” de l'impérialisme ne sont que de la poudre aux yeux. Les menaces d'interventions militaires en Libye appelées de leurs vœux par les Etats-Unis et relayées de manière servile par le gouvernement français visent directement la révolution prolétarienne en Tunisie et le soulèvement révolutionnaire en Egypte. C'est un avertissement lancé à tous les peuples de la région et du monde pour leur signifier que toute remise en cause de la domination impérialiste signifierait le chaos et donc l'intervention militaire brutale de l'impérialisme pour « rétablir l'ordre ». Car la panique les gagne. Le journal patronal français, La Tribune, titre : « Si la révolte des peuples arabes faisait école en Europe ? »</p> <p>L'impérialisme n'a pas d'autre voie pour maîtriser sa propre crise que de généraliser la guerre contre les peuples. Cette menace mondiale a provoqué la réaction des pays de l'ALBA contre toute intervention militaire en Libye, pour sa souveraineté et son intégrité territoriale, contre le pillage des richesses du peuple. Mais elle ne peut néanmoins justifier la défense du régime Kadhafi par certains d'entre eux.</p> <p>Cette menace pèse y compris au cœur de l'Europe, dans les vieilles puissances impérialistes. Le Pacte pour l'euro qui vient d'être adopté par le Sommet de l'Union européenne engage une nouvelle offensive contre les travailleurs et les peuples d'Europe et les organisations syndicales. Mais en même temps, il exprime la terreur devant les possibles soulèvements en Europe même.</p> <p>Ces politiques de rigueur engagent une véritable offensive de liquidation sociale : baisse des salaires, remise en cause des retraites et de la Sécurité sociale, du droit à l'instruction au compte du patronat et de la spéculation.</p> <p>Pour l'imposer, tous les gouvernements européens, qu'ils soient de gauche ou de droite, avec l'Union européenne et le FMI, cherchent, face aux mobilisations qui se sont produites dans toute l'Europe durant l'année 2010, à enchaîner les organisations syndicales à l'accompagnement de ces plans destructeurs sur le modèle du Pacte social signé par les deux confédérations espagnoles ave le gouvernement Zapatero.</p> <p>C'est cette même question qui est posée aux Etats-Unis où, en application des directives de l'Administration Obama, le gouvernement de l'Etat du Wisconsin a engagé une épreuve de force pour tenter de détruire la négociation collective, imposer les coupes budgétaires et les plans de destruction des services publics et, en réalité liquider l'existence même des organisations syndicales, suscitant contre elle la mobilisation répétée de dizaines de milliers de travailleurs au Wisconsin et dans tous les Etats-Unis.</p> <h3 class="spip">Le combat pour l'indépendance de classe</h3> <p>La défense des organisations de la classe ouvrière nécessaires à son combat, l'organisation des masses sur leur terrain propre à travers les comités qui se dressent face à l'impérialisme, c'est le mouvement de la révolution prolétarienne et internationale.</p> <p>La IVème Internationale fait sienne la devise de la Ière Internationale, selon laquelle l'émancipation des travailleurs ne peut être que l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. Cette émancipation passe par la défense de l'organisation élémentaire de classe que représente le syndicat, comme par le surgissement dans le processus révolutionnaire des formes d'auto-organisation des masses qui structure le mouvement de la révolution expropriatrice du capital.</p> <p>Dans ce but et pour surmonter les obstacles dressés par les forces attachées à l'ordre impérialiste, à l'UE, au FMI, à l'ONU, il est nécessaire de regrouper les forces ouvrières d'origines diverses sur le terrain commun, celui de l'indépendance de classe du prolétariat, pour bâtir ensemble des partis qui aident la classe ouvrière dans la direction révolutionnaire.</p> <h3 class="spip">L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes</h3> <p>La IVème Internationale condamne ceux qui, prétendument à gauche ou à l'extrême-gauche, demandent à l'Union européenne d'intervenir pour “aider à la transition démocratique” en Tunisie ou en Egypte, n'hésitant pas à faire appel à ceux qui durant des décennies ont soutenu à bout de bras les régimes de Moubarak et de Ben Ali parce que ceux-ci avaient la charge de garantir leurs propres intérêts. L'issue ne réside pas dans l'UE, dans le FMI, l'ONU, l'Administration Obama.</p> <p>La solution est dans le mouvement des masses qui seules peuvent ouvrir une issue à l'humanité tout entière.</p> <p>L'aide qui peut être apportée aux peuples de la région, c'est de les laisser disposer librement de leur sort et de leur avenir. Et donc de combattre dans les pays impérialistes contre toute intervention et ingérence. Non, l'Union européenne et les différents gouvernements impérialistes d'Europe et des Etats-Unis qui, pendant près de 30 ans, à travers les plans du FMI ou les accords d'association avec l'Union européenne, ont pillé l'Egypte et la Tunisie, ont poussé aux plans de privatisation, à l'appauvrissement des populations et ont soutenu Ben Ali et Moubarak mais aussi Kadhafi, n'ont aucune légitimité aujourd'hui quand ils prétendent “aider” les peuples en leur proposant de nouveaux “accords” et de nouvelles “réformes” !</p> <p>Ce sont les mêmes, FMI en tête qui, en janvier, exigeaient du gouvernement algérien de remettre en cause les mesures qu'il avait prises en 2009 et 2011, restaurant son contrôle sur l'économie et augmentant les salaires. La révolution en Tunisie est un point d'appui du combat en Algérie pour la défense de la nation et du peuple contre l'impérialisme.</p> <p>Les sections de la 4ème Internationale en Amérique latine, dans la Caraïbe, en Asie et en Afrique qui combattent contre l'impérialisme et les plans destructeurs des nations et pour la souveraineté nationale sont fermement aux côtés des masses ouvrières, paysannes, travailleurs précaires, jeunes des pays de la région contre l'impérialisme et contre toute forme d'intervention militaire.</p> <p>Les sections européennes de la IVème Internationale, notamment française et italienne ainsi que la section américaine de la IVème Internationale sont au premier rang du combat contre l'intervention de leur propre impérialisme en Libye. Les sections européennes de la 4ème Internationale sont partie prenante de la campagne contre l'ingérence, contre toute intervention du Comité de liaison des militants ouvriers d'Europe qui s'adresse aux institutions européennes contre le consensus total du « Parlement » européen qui vise à imposer le renouvellement de l'accord d'association Tunisie-Union européenne.</p> <p>Pour elles, c'est un même combat que celui qui les amène, sous des formes propres à chaque pays, à combattre contre l'Union européenne et son Pacte pour l'euro, ou, aux Etats-Unis, à s'engager dans le combat des travailleurs du Wisconsin avec leurs syndicats.</p> <p>D'Europe, d'Amérique, d'Afrique ou d'Asie, tous les peuples ont le même ennemi : les impérialismes américain et européens.</p> <p>Répétons-le : les processus révolutionnaires en cours en Tunisie et en Egypte, et les soulèvements populaires dans cette région constituent la pointe avancée du combat des travailleurs et des peuples sur tous les continents, qui se dressent contre l'exploitation et l'oppression.</p> <p>Ce n'est pas le “printemps des peuples arabes”. C'est le mouvement international des travailleurs et des peuples contre le système capitaliste qui entraîne l'humanité à la barbarie.</p> <p>Il s'agit d'un combat mondial qui oppose l'immense majorité qui constitue le peuple travailleur à la minorité capitaliste.</p> <p>Pour la IVème Internationale, les travailleurs de tous les pays ont des intérêts communs contre l'impérialisme.</p> <p>La IVème Internationale fait sienne l'affirmation contenue dans l'appel de l'Entente internationale des travailleurs et des peuples, lancé en conclusion de la Conférence mondiale ouverte tenue à Alger, le 29 novembre 2010 :</p> <blockquote class="spip"> <p>« Malgré les souffrances terribles subies dans le monde entier, partout se dresse la résistance des peuples, de la jeunesse et des travailleurs qui cherchent à ressaisir leurs organisations pour lutter, résister, reconquérir (…). Nous reprenons à notre compte le mot d'ordre lancé le 4 janvier 1991 à Barcelone : “Gouvernements fauteurs de guerre et de misère, craignez la révolte des peuples ! A bas la guerre, A bas l'exploitation ! ” »</p> </blockquote> <p><strong>Non à l'intervention militaire impérialiste !</strong></p> <p><strong>Non à toute ingérence !</strong></p> <p><strong>Bas les pattes devant le combat des peuples !</strong></p> <p><strong>Droit des peuples à disposer d'eux-mêmes !</strong></p> <p><strong>Solidarité ouvrière internationale !</strong></p> <table class="spip"> <tbody> <tr class='row_odd odd'> <td>La IVème Internationale soumet cette déclaration (ainsi que les éléments contenus dans sa revue La Vérité n°70), aux travailleurs, jeunes et militants appartenant à tous les courants du mouvement ouvrier et leur propose d'en discuter. <br /> <br />Pour nous, IVème Internationale, c'est une certitude : une nouvelle phase de la situation mondiale s'est ouverte. Elle va voir une chaîne d'explosions révolutionnaires. Nul ne peut en garantir l'issue. Mais la perspective ouverte par la révolution en Tunisie, c'est que les travailleurs et la jeunesse ont la capacité de surmonter les obstacles mis sur la voie de la révolution et d'abattre le système de la domination capitaliste.<br /> <br />Partant de cette appréciation, il n'y a rien de plus urgent que de rassembler toutes les forces ouvrières indépendantes sur une ligne de classe pour en finir avec l'exploitation de l'homme par l'homme et ouvrir la voir au socialisme.<br /> <br />« L'émancipation des travailleurs sera l'œuvre des travailleurs eux-mêmes. » Ils ne peuvent réaliser cette tâche qu'en s'organisant. Ils ont besoin de leurs organisations, organisations syndicales, organisations politiques.<br /> <br />La classe ouvrière tunisienne a besoin d'un parti qui reprenne à son compte l'ensemble des revendications des ouvriers et des paysans, qui rejette tout accommodement avec quelque fraction de l'ancien régime, qui refuse toute ingérence de l'impérialisme et de ses agents, qui combatte pour que les richesses du pays reviennent au peuple.<br /> <br />C'est pourquoi le Secrétariat international de la IV° Internationale, conformément aux traditions ouvrières, pour aider à avancer dans cette voie, appelle les militants ouvriers, les travailleurs à constituer un « Fonds spécial révolution tunisienne » pour collecter l'argent nécessaire à cette tâche.</td></tr> </tbody> </table></div> Déclaration de la IVe Internationale : Tunisie : c'est la révolution ! http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article107 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article107 2011-01-22T18:00:00Z text/html fr Devan <p>Policiers en armes tirant sur la foule, manifestations s'amplifiant et se renforçant chaque jour… Ces images, tous les travailleurs et les peuples du monde entier les ont vues. Ils ont vu et entendu le peuple tunisien déferler dans les rues, bravant la répression, subissant la violence pour dire : « Dehors le régime ! ». Images, d'un peuple qui se dresse.<br class='autobr' /> La IVe Internationale salue le mouvement de la jeunesse, de la classe ouvrière et du peuple tunisien tout entier qui, durant plusieurs semaines, (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>22 janvier 2011</div> <div class='rss_texte'><p>Policiers en armes tirant sur la foule, manifestations s'amplifiant et se renforçant chaque jour… Ces images, tous les travailleurs et les peuples du monde entier les ont vues. Ils ont vu et entendu le peuple tunisien déferler dans les rues, bravant la répression, subissant la violence pour dire : « Dehors le régime ! ». Images, d'un peuple qui se dresse.</p> <p>La IVe Internationale salue le mouvement de la jeunesse, de la classe ouvrière et du peuple tunisien tout entier qui, durant plusieurs semaines, malgré la répression, les tueries, les arrestations ont permis de chasser Ben Ali. <i>« De l'eau, du pain, pas Ben Ali ! »</i> : c'est sur ce mot d'ordre que le peuple tunisien s'est dressé pour s'opposer à la misère, la pauvreté, la précarité et l'oppression imposées par la dictature de Ben Ali. Il a dû, pour cela, faire face à une répression féroce.</p> <p>Le peuple tunisien a reconquis son droit à la parole dans ce mouvement reliant revendications sociales, ouvrières, démocratiques et nationales. La jeunesse de Tunisie, en s'adressant aux structures de l'UGTT pour l'organisation du mouvement, a ouvert la voie aux travailleurs et à toute la population. La IVe Internationale salue la mémoire des dizaines et dizaines qui sont morts pour que vive la révolution.</p> <p>Pour les travailleurs du monde entier, ces images de la révolution tunisienne ont immédiatement rappelé celles des révolutions prolétariennes antérieures : la révolution russe de 1917, celle d'Espagne de 1936, la révolution portugaise de 1974 avec cette mobilisation des jeunes générations et des travailleurs avec leurs syndicats, les comités qui se constituent, les scènes de fraternisation avec les soldats. Ces images, ce sont celles de la révolution, celles de la lutte des classes qui est internationale.</p> <h3 class="spip">Le peuple s'organise</h3> <p>Pour se protéger des escadrons de la mort du régime de Ben Ali, les jeunes et les travailleurs, avec leurs syndicats UGTT, ont constitué leurs comités de défense dans les quartiers et localités.</p> <p>Ils l'ont fait seuls, contre toutes les forces internationales coalisées derrière Ben Ali.</p> <p>Les comités constitués pour se défendre prennent en charge la gestion des tâches immédiates, l'organisation de la vie quotidienne. Ils se réunissent dans les locaux de l'UGTT. Ils se dressent contre les institutions d'un régime entièrement modelé pour servir la petite minorité de corrompus au service des impérialismes. Ces comités sont une des formes les plus élevées de la démocratie dans lesquels, sur la base de l'intense bouillonnement en cours, les Tunisiens discutent pour décider librement et souverainement de leur propre avenir, c'est-à-dire pour la défense de la révolution.</p> <p>Ces aspirations s'expriment dans tout le pays. Le comité régional de Kasserine pour la protection et l'encadrement de la révolution, dans une déclaration, affirme : <i>« Nous rappelons que les ennemis de toute révolution sont à l'intérieur et à l'extérieur. Ils tentent, foulant le sang de nos martyrs, de confisquer la révolution de notre peuple en fabriquant un nouveau régime à partir de la coalition de toutes les forces de l'ancien régime pour s'accaparer toutes les réalisations de notre peuple et continuer à servir l'impérialisme, le sionisme et la réaction arabe. »</i></p> <p>Dans son adresse, le comité définit ainsi ses tâches : <i>« Défaire le parti qui gouverne et toutes ses structures, ses milices, geler ses avoirs et restituer au peuple tous les biens qui lui ont été volés. » </i></p> <p>Il appelle à la mise en place <i>« d'un gouvernement national de salut public »</i> qui <i>« doit veiller à l'élection d'une assemblée constituante pour l'adoption d'un nouveau Destour (Constitution) qui rompe avec l'ancien régime ».</i></p> <p>Comme le dit l'appel de ce comité, la révolution est menacée par les forces extérieures de l'impérialisme mais aussi par leurs relais en Tunisie qui cherchent à replâtrer le régime en maintenant les dignitaires du RCD, le parti de Ben Ali, au gouvernement comme le Premier ministre Ghannouchi, ancien Premier ministre de Ben Ali, ancien directeur de programmes à la Banque mondiale, ordonnateur des privatisations en Tunisie.</p> <p>La classe ouvrière, entraînant son organisation historique l'UGTT, lui a redonné toute sa place sur la scène tunisienne dans la continuité de la tradition de combat de l'organisation, fondée par Farhat Hached, assassiné en 1952. Cette continuité, c'est celle de l'UGTT qui, en 1955, se prononçait dans un congrès pour la nationalisation des biens coloniaux et la réforme agraire.</p> <h3 class="spip">La révolution a commencé en Tunisie</h3> <p>Oui, c'est bien une révolution qui a commencé en Tunisie. Il ne s'agit pas seulement, comme l'écrivent les médias occidentaux, d'une “révolution démocratique”. Il s'agit d'une révolution pour la défense de la souveraineté populaire et de la souveraineté nationale, pour la défense des droits de la jeunesse, des travailleurs et de la population laborieuse contre une petite minorité corrompue, aux ordres de l'impérialisme, notamment français et américain, par l'intermédiaire des accords d'association avec l'Union européenne et les plans du FMI qui remettaient en cause la souveraineté nationale de la Tunisie qui s'était émancipée du colonialisme et qui se livrait à une surexploitation des travailleurs tunisiens.</p> <p>La mobilisation du peuple tunisien exige l'expropriation de la minorité corrompue dont Ben Ali était le chef et celle de son “parti”, le RCD, véritable gangrène dans la société tunisienne. Il s'agit d'une révolution ouvrière qui se dresse contre le capital et le système d'exploitation fondé sur la propriété privée des moyens de production.</p> <p>En effet, le régime dirigé par Ben Ali a fidèlement servi les intérêts de ces grandes puissances en privatisant, déréglementant, bradant les richesses nationales et en ouvrant la voie à la transformation de la Tunisie en zone franche, réduisant la jeunesse, les travailleurs, les petits paysans et toute la population à la précarité absolue, au compte des multinationales qui fermaient en Europe ou ailleurs leurs usines pour délocaliser vers la Tunisie.</p> <p>C'est la raison pour laquelle les impérialistes, et particulièrement les gouvernements français et américain de toutes couleurs politiques, ont soutenu pendant vingt-trois ans le régime de Ben Ali. Ils ont en permanence présenté la Tunisie comme modèle pour les pays dits “émergents”. Ils ont même osé, à plusieurs reprises, vanter les mérites d'une “démocratisation en marche” et ce, alors que le peuple tunisien vivait sous la botte des milices policières de la dictature de Ben Ali.</p> <p>Les impérialismes français et américain ont campé jusqu'au dernier moment sur cette position pour, au lendemain de la chute de Ben Ali, se précipiter pour tenter de replâtrer le régime. La chute de Ben Ali du fait de la mobilisation du peuple est donc d'abord une défaite pour les puissances impérialistes.</p> <p>Honte à l'Internationale socialiste qui a attendu le dernier moment, soit le 17 janvier 2011, trois jours après la fuite de Ben Ali, pour exclure le RCD alors qu'il était membre de l'Internationale socialiste depuis 1989 ! Honte au directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn qui, en 2008, en visite en Tunisie, osait dire que le pays était <i>“le meilleur modèle à suivre” </i> !</p> <p>Honte également aux autres forces soi-disant de gauche et d'extrême-gauche qui, en France, en appellent, dans une déclaration commune, <i>« à l'Union européenne pour qu'elle soutienne une véritable transition démocratique »</i>. Ils osent s'adresser à ceux qui ont été les maîtres d'ordre de Ben Ali pour écraser le peuple tunisien afin de lui venir en “aide” aujourd'hui !</p> <p>La IVe Internationale l'affirme : le seul mot d'ordre c'est : <strong> <i>« Gouvernement français, impérialisme américain, UE, FMI : bas les pattes devant la Tunisie ! C'est au peuple tunisien de décider lui-même de son avenir. »</i> </strong></p> <p>Aujourd'hui, toutes ces forces et les gouvernements des grandes puissances appellent à cette prétendue “transition démocratique”. De quelle transition démocratique s'agit-il ? Face au gouvernement dit d'union nationale qui s'est constitué avec l'approbation des grandes puissances, la jeunesse et les travailleurs de Tunisie manifestent en disant :</p> <p><strong> <i>« De l'eau, du pain, pas le RCD ! »</i> </strong> Car toutes les richesses de la Tunisie appartiennent au peuple. Ils exigent, dans les manifestations, la dissolution du RCD. Qui doit décider de l'avenir de la Tunisie, si ce n'est le peuple et lui seul ?</p> <h3 class="spip">La parole au peuple tunisien</h3> <p>Les jeunes, les travailleurs, le peuple veulent du travail, vivre de leur travail. Ils ne veulent pas que les richesses de la nation soient pillées par les multinationales étrangères et leurs agents en Tunisie, alimentant ainsi un régime corrompu. Ils veulent liquider toutes les institutions de ce régime. Ils s'organisent dans ces comités pour, précisément, contre le régime corrompu, pouvoir prendre en mains leurs propres affaires et décider par eux-mêmes.</p> <p>C'est pourquoi ils cherchent à coordonner ces comités. Ils se tournent dans ce même mouvement vers les syndicats de l'UGTT dont ils estiment qu'ils doivent exprimer leurs aspirations.</p> <p>C'est ainsi qu'au lendemain de la constitution du gouvernement d'union nationale, la Commission administrative nationale de l'UGTT a déclaré dans sa résolution du 18 janvier :</p> <p><i>« Considère que le gouvernement de coalition ne correspond ni à nos idées, ni à nos exigences exprimées, ni non plus à l'aspiration du peuple et des travailleurs. Décide le retrait de nos représentants du gouvernement, la démission de nos syndicalistes élus à l'Assemblée nationale, à l'Assemblée du conseil, dans les conseils municipaux et la suspension de la participation de l'UGTT au Conseil économique et social. »</i></p> <p>La Commission administrative nationale de l'UGTT, dans cette même résolution, exigeait : <i>« La dissolution du RCD (…), le refus de toute intervention étrangère dans les affaires intérieures de notre peuple car seul il a pu faire tomber un président qui a fait réprimer le peuple ; le peuple doit donc décider de son sort sans ingérence extérieure. »</i> La centrale demande également la “nationalisation” des biens du clan Ben Ali, c'est-à-dire la prise de contrôle par la République tunisienne d'une large part de l'économie.</p> <p>Dans cette voie, l'UGTT appelle <i>« à une Assemblée constituante à travers des élections libres et démocratiques qui reflètent la volonté du peuple ».</i></p> <p>Cette question formulée par la centrale syndicale se retrouve dans toutes les discussions qui ont lieu dans les comités, les quartiers, les entreprises. De nombreux témoignages de ces discussions démontrent que les Tunisiennes et les Tunisiens cherchent à établir l'avenir de leur propre pays.</p> <p>La démocratie, disent-ils, c'est un gouvernement qui met en œuvre une politique pour tout le peuple tunisien. La démocratie, ce sont les droits des travailleurs. La démocratie, c'est le respect de la laïcité et des droits des femmes. La démocratie, c'est de ne pas accepter que les anciens dignitaires du régime Ben Ali restent au pouvoir.</p> <p>La démocratie, ce n'est pas rester dans le cadre constitutionnel actuel. La démocratie, c'est la liberté d'exprimer son opinion. La démocratie, c'est ne pas se faire confisquer la révolution. C'est un gouvernement élu par nous et contrôlé par nous.</p> <p>Le 19 janvier 2011, à Sfax, une grève générale a eu lieu à l'appel de l'UGTT pour la dissolution du RCD, le parti-régime de Ben Ali et la saisie des biens de la minorité dirigeante corrompue. Le 20 janvier 2011, la direction nationale de l'UGTT appelle à un gouvernement de salut public.</p> <h3 class="spip">Avec le peuple de Tunisie contre l'impérialisme</h3> <p>La IVe Internationale considère qu'il est de la responsabilité du mouvement ouvrier international de défendre la révolution qui a commencé en Tunisie en prenant clairement et nettement position contre toute ingérence dans les affaires du peuple tunisien. Ce n'est pas un hasard si l'agence Standard and Poor's (agence de notation) menace de baisser la note de la Tunisie car, selon elle, <i>« l'instabilité politique actuelle pourrait affecter l'économie et voir les finances publiques se détériorer »</i>. La menace est brandie : parce que les impérialismes notamment français et américain veulent que le régime en place actuellement poursuive la même politique que celui d'hier présidé par Ben Ali.</p> <p>C'est pourquoi l'impérialisme veut défaire la révolution en Tunisie, comme il veut, sous l'effet de sa crise, écraser toutes les conquêtes des travailleurs. Pour ce faire, il veut utiliser la “dette” de 18 milliards de dollars créée par Ben Ali avec le FMI. La dette n'est pas celle des Tunisiens mais celle de Ben Ali. Annulation de la dette !</p> <p>Les travailleurs, dans le monde, sont aux côtés du peuple tunisien parce qu'ils ont les mêmes ennemis. La révolution qui a commencé en Tunisie est un point d'appui pour tous les peuples du monde entier parce qu'elle a été un coup porté aux impérialismes, au FMI, à l'Union européenne, parce qu'elle a porté un coup au capital à l'agonie, qui entraîne les peuples à la barbarie. Elle est un point d'appui pour les peuples du Moyen-Orient et d'Afrique menacés par la guerre et la dislocation des nations comme en Côte-d'Ivoire, au Soudan, au Liban et ailleurs, au plus grand profit de l'impérialisme et des multinationales qui pillent ces pays.</p> <p>Mais c'est également un point d'appui pour tous les peuples d'Asie confrontés aux mêmes menaces de dislocation, de la guerre en Afghanistan et, particulièrement pour le pays le plus menacé, le Pakistan, soumis à une même logique destructrice.</p> <p>C'est un point d'appui pour les peuples et les travailleurs d'Amérique latine, confrontés dans leur lutte pour la souveraineté nationale aux mêmes ennemis que le peuple tunisien : l'impérialisme et les institutions à son service (FMI, Banque mondiale, OMC) et au traité de libre commerce avec les Etats-Unis et l'Union européenne.</p> <p>C'est un point d'appui pour le combat légitime du peuple palestinien pour ses droits nationaux foulés au pied par l'existence de l'Etat sioniste qui s'appuie sur la collaboration des régimes soi-disant “frères”. C'est ce responsable israélien, Silvan Shalom, qui l'avoue crûment.</p> <p>Commentant la fuite de Ben Ali, il indique : <i>« La chute du régime tunisien est un précédent qui pourrait se répéter dans d'autres pays, mettant en cause la stabilité de notre système. » Selon la presse israélienne, il aurait indiqué : « qu'Israël et la plupart des régimes arabes ont des intérêts communs (…). Un système démocratique dans le monde arabe signifierait qu'il serait gouverné par une opinion publique généralement opposée à Israël. »</i></p> <p>La révolution qui a commencé en Tunisie et qui se dresse contre le gouvernement français et les autres gouvernements de l'Union européenne est un point d'appui pour les peuples d'Europe soumis, au nom de la crise, de la dette et de la “réduction des déficits publics” à une offensive sans précédent de destruction de leurs droits et garanties dans tous les pays d'Europe.</p> <p>C'est, pour les travailleurs de Grèce, d'Irlande, de France, du Portugal, d'Espagne qui ont connu ces derniers mois d'intenses mobilisations, un fantastique encouragement à poursuivre et approfondir leur résistance face au capital, celui-là même qui surexploite les travailleurs tunisiens à partir des délocalisations qui ont détruit des centaines de milliers d'emplois en Europe. Les intérêts des travailleurs d'Europe sont les mêmes que ceux des travailleurs tunisiens.</p> <p>Enfin, c'est un point d'appui et un encouragement pour la jeunesse et la classe ouvrière des Etats-Unis qui ne cessent de s'opposer à la guerre en Irak comme en Afghanistan et qui cherchent, malgré les obstacles et les difficultés, à imposer le droit à une véritable sécurité sociale et la défense de tous les droits pour la jeunesse et la classe ouvrière américaine.</p> <h3 class="spip">Gouvernements, craignez la révolte des peuples !</h3> <p>Quelques semaines avant la révolution qui a commencé en Tunisie, s'était tenue, à l'initiative de l'Entente internationale des travailleurs et des peuples, une conférence mondiale contre la guerre et l'exploitation, à Alger, co-organisée par le Parti des travailleurs d'Algérie et la centrale syndicale UGTA. Dans l'appel issu de cette conférence, il est affirmé : <i>« Malgré les souffrances terribles subies dans le monde entier, partout se dresse la résistance des peuples, de la jeunesse et des travailleurs qui cherchent à se ressaisir de ses organisations pour lutter, résister, reconquérir (…). Nous reprenons à notre compte le mot d'ordre lancé le 4 janvier 1991 à Barcelone : “Gouvernements fauteurs de guerres et de misère, craignez la révolte des peuples ! A bas la guerre ! A bas l'exploitation !” »</i></p> <p>Oui, <i>“gouvernements fauteurs de guerres et de misère”</i> vous avez à craindre la révolte des peuples, car c'est ce que vient exactement de démontrer le peuple de Tunisie en se dressant avec ses organisations syndicales UGTT, en constituant ses comités de défense de la révolution.</p> <p><strong>La IVe Internationale considère que le seul salut qui peut être apporté au combat du peuple tunisien par le mouvement ouvrier international, c'est d'affirmer nettement :</p> <p><i>« Gouvernement français, Etats-Unis, FMI, Union européenne : bas les pattes devant la Tunisie ! C'est au peuple tunisien et à lui seul de décider de son avenir. »</i> </strong></p> <p>La jeunesse, les travailleurs, le peuple de Tunisie démontrent que la jeunesse, les travailleurs et les peuples du monde entier ont la capacité, par eux-mêmes, d'ouvrir une issue positive à l'humanité, confrontée à la barbarie à laquelle entraîne le maintien du système capitaliste sur toute la planète.</p> <p>Pour faire reculer la barbarie, il n'est d'autre voie que la mobilisation unie du peuple pour ses droits et sa souveraineté par la lutte de classe, c'est-à-dire le combat des travailleurs et de la population laborieuse contre les capitalistes, l'impérialisme et ses agents. Cela exige que les organisations constituées pour défendre les travailleurs, au premier chef les organisations syndicales, soient libres et indépendantes, qu'elles ne soient pas inféodées aux exigences du capital.</p> <p>Il faut que puisse s'exprimer avec force ce qui existe dans le mouvement ouvrier de tous les pays : la résistance à la politique mise en œuvre pour, au nom de la “crise”, associer les organisations syndicales à la mise en œuvre des politiques exigées par la Banque mondiale, le FMI, l'Union européenne, la bourgeoisie.</p> <p>Il n'y a aucune issue dans la voie qui consisterait à subordonner les organisations syndicales aux contre-réformes dirigées contre les travailleurs et les peuples. C'est, au contraire, dans la voie du combat uni des travailleurs et des peuples avec leurs organisations, comme l'a démontré la révolution qui a commencé en Tunisie, que peuvent s'affirmer la souveraineté populaire et la souveraineté nationale. C'est dans cette voie que les travailleurs et les peuples avec leurs organisations feront reculer la marche à la barbarie, à la guerre, à la dislocation des nations.</p> <p>En finir avec la barbarie, c'est en finir avec le système capitaliste qui est la source de tous les maux de l'humanité. C'est ouvrir la voie au socialisme.</p> <p><strong>Ce combat, c'est celui des travailleurs et des peuples avec leurs organisations, sur tous les continents et dans tous les pays, pour la souveraineté populaire et nationale, pour faire reculer la barbarie.</p> <p>La IVe Internationale appuie et soutient tout pas en avant dans cette voie, comme tout pas vers la constitution de partis se situant sur ce terrain.</p> <p>La révolution qui a commencé en Tunisie n'a pas fini de faire trembler les grandes puissances parce qu'elle met en cause leur domination.</p> <p>Vive la jeunesse, les travailleurs et le peuple de Tunisie ! Vive la révolution tunisienne qui a commencé !</strong></p></div> Palestine : Déclaration du secrétariat international de la IVe Internationale http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article102 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article102 2010-06-04T16:32:00Z text/html fr Devan <p>Aux quatre coins de la planète, la violence et la guerre ne cessent de se développer. Dans sa tentative de sauver coûte que coûte le régime failli de la propriété privée des moyens de production fondé sur l'exploitation et l'oppression, l'impérialisme américain conduit l'humanité aux plus grandes catastrophes.<br class='autobr' /> Dernier acte en date, l'arraisonnement d'une flottille qui se dirigeait vers Gaza par des troupes d'élite de l'armée israélienne, qui ont tué neuf personnes et blessé des dizaines d'autres. L'émotion (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>4 juin 2010</div> <div class='rss_texte'><p>Aux quatre coins de la planète, la violence et la guerre ne cessent de se développer. Dans sa tentative de sauver coûte que coûte le régime failli de la propriété privée des moyens de production fondé sur l'exploitation et l'oppression, l'impérialisme américain conduit l'humanité aux plus grandes catastrophes.</p> <p>Dernier acte en date, l'arraisonnement d'une flottille qui se dirigeait vers Gaza par des troupes d'élite de l'armée israélienne, qui ont tué neuf personnes et blessé des dizaines d'autres. L'émotion est forte dans le monde. Elle désigne à juste titre la responsabilité criminelle des dirigeants de l'Etat d'Israël. Mais cela ne doit en aucun cas masquer la responsabilité pleine et entière de l'administration américaine.</p> <h3 class="spip">La responsabilité de l'impérialisme américain</h3> <p>Pour la IVe Internationale, ce nouvel acte criminel est un prolongement de l'impasse et du chaos auxquels l'impérialisme conduit le peuple palestinien comme les peuples du monde entier.</p> <p>Rappelons qu'à l'origine de la partition de la Palestine, en novembre 1947, légitimant la constitution d'un Etat théocratique fondé sur la persécution et l'expulsion du peuple palestinien, se trouve l'impérialisme américain, qui organisa le vote de l'ONU avec la collaboration de la bureaucratie stalinienne.</p> <p>Pour sa part, la IVe Internationale, dès novembre 1947, écrivait :</p> <p><i>“Le vote de l'ONU n'a été qu'une formalité après l'accord des trois grands. Le partage de la Palestine était virtuellement un fait accompli... La position de la IVe Internationale face au problème palestinien reste claire et nette, comme auparavant. Elle sera à l'avant-garde de la lutte contre le partage, pour une Palestine unie et indépendante, dans laquelle les masses détermineront souverainement leur sort par l'élection d'une Assemblée constituante.” </i></p> <p>C'est l'impérialisme américain qui, il y a vingt ans, entérinant l'occupation de 1967, a décidé, face à l'incapacité de l'Etat d'Israël à réprimer la première Intifada, de prendre directement les choses en main. Il a prétendu régler avec la signature des accords d'Oslo la question palestinienne en dictant aux dirigeants sionistes d'Israël comme à la direction palestinienne le plan qu'il préconisait pour cela. Il s'agissait de trouver un moyen de briser la résistance du peuple palestinien déstabilisant “l'ordre” dans la région. Car sous couvert de la prétendue solution de deux Etats, c'était en réalité la négation du droit à la terre et à la nation pour le peuple palestinien qui était à l'ordre du jour. C'était nier des décennies de combat de ce peuple pour le droit à la vie. C'était disloquer le peuple palestinien en l'enfermant dans des ghettos, des bantoustans sous le contrôle des troupes israéliennes.</p> <p>En 1993, la IVe Internationale écrivait à propos des accords d'Oslo :</p> <p><i>« En un mot, le cadre est fixé : le “conseil” palestinien n'a d'autre autorité que d'appliquer ces résolutions — que l'OLP a condamnées durant des années avant de s'y rallier — qui entérinent la partition de la Palestine, qui entérinent le démembrement du peuple palestinien, de mettre en œuvre une politique décidée ailleurs, c'est-à-dire par l'impérialisme américain (…).</p> <p>Il s'agit là de la négation du droit des peuples. La nouvelle partition qui s'opère en Palestine, à travers l'option Gaza et Jéricho, en prépare d'autres où, sous contrôle de l'ONU, bras armé de l'impérialisme américain, se prépare la constitution de nouvelles “réserves”, dans lesquelles on va parquer d'autres fractions du peuple palestinien (…).</p> <p>A l'heure où l'accord signé entre la direction de l'OLP et l'Etat d'Israël annonce, sans aucun doute, de nouvelles épreuves pour le peuple palestinien et pour tous les peuples de la région, il apparaît nettement que le chemin de la paix ne saurait différer du chemin de la démocratie, c'est-à-dire du droit de tous les peuples à vivre libres sur leur terre, à commencer par le droit du peuple palestinien au retour et à l'indépendance nationale ; telle est la seule voie réaliste. Aujourd'hui, plus que jamais, la paix au Proche-Orient, c'est le droit au retour pour tous les Palestiniens, c'est un seul Etat laïque et démocratique, une seule Palestine laïque et démocratique, se constituant dans l'égalité de ses composantes arabe et juive sur tout le territoire de la Palestine. » </i></p> <p>Les violences, les guerres, les massacres qui se sont produits depuis cette date découlent des accords d'Oslo réalisés sous l'égide de l'impérialisme américain.</p> <p>C'est dans ce cadre que les gouvernements successifs de l'Etat d'Israël, inquiets d'un rééquilibrage de la position des Etats-Unis en faveur des pays arabes, se sont engagés dans la voie de la répression massive du peuple palestinien, afin de préserver l'entité sioniste dans une course folle pour assurer sa prééminence, son existence, poussant à son paroxysme la logique raciste du sionisme. Le massacre régulier des Palestiniens, la violence permanente, le blocus et la poursuite de la colonisation ne font que traduire la volonté du sionisme de s'assurer de la meilleure position possible comme pilier nécessaire à la “Pax Americana”.</p> <p>La direction de l'OLP, en acceptant les accords d'Oslo en 1993, renonçant de ce fait à 88 % du territoire historique, a elle-même signé son arrêt de mort, plongeant le mouvement national palestinien dans la déroute. Celui-ci, en effet, était fondé sur la revendication d'un seul Etat. C'était là la charte constitutive du peuple palestinien, divisé géographiquement, mais uni sur le droit au retour, c'est-à-dire le droit à la nation.</p> <p>La constitution de l'“Autorité Palestinienne” n'avait dans ces conditions qu'un seul but, explicitement mentionné dans les accords d'Oslo : garantir la sécurité d'Israël avec la perspective hypothétique d'un “Etat” palestinien croupion. C'est ainsi qu'une organisation de combat du peuple palestinien a été transformée en une organisation de répression du peuple palestinien, pour le compte de l'oppresseur israélien. La conséquence de l'acceptation de la solution des deux Etats signifiait la renonciation à la solution de la question palestinienne, dont le premier acte est le droit au retour des réfugiés et de leurs descendants, devenus les deux tiers du peuple palestinien. Oslo n'était rien d'autre qu'une tentative de dislocation du peuple palestinien, considéré jusqu'alors comme une totalité : les Palestiniens de Gaza, ceux de Cisjordanie, ceux vivant dans les frontières de 1948 et ceux réfugiés à l'extérieur de la Palestine constituent en effet un seul et même peuple. Dans les manifestations qui ont eu lieu cette semaine à Gaza, à Ramallah, à Haïfa comme dans les camps, c'est cette unité — “Nous sommes un seul peuple” — qui a été centralement réaffirmée.</p> <p>La logique d'une telle position dislocatrice et la décomposition du mouvement national palestinien a conduit à l'explosion entre Gaza et la Cisjordanie placées sous le contrôle de groupes rivaux.</p> <h3 class="spip">L'impérialisme en crise a besoin de supplétifs</h3> <p>Cette situation a permis au sionisme d'accentuer encore le cours criminel de sa politique, qui s'est exprimé de manière particulièrement cruelle dans la guerre et le blocus de Gaza.</p> <p>Les gouvernements des pays arabes qui dénoncent aujourd'hui l'acte criminel de l'Etat d'Israël “oublient” que, de concert avec lui, le gouvernement égyptien a participé et participe toujours au blocus de Gaza avec la construction d'un mur pour détruire les souterrains qui permettent d'approvisionner la bande. Et l'on pourrait citer encore bien d'autres gouvernements de la région. Ils agissent de cette manière parce qu'ils sont inféodés à l'impérialisme américain. Ce sont les mêmes qui ont exercé des pressions sur la direction du Mouvement national palestinien pour qu'il capitule devant les exigences de l'impérialisme.</p> <p>Les exigences de l'impérialisme américain, notamment depuis son occupation militaire de l'Irak, visent à contrôler l'ensemble du Moyen-Orient. Et dans sa volonté d'extension pour relier le Moyen-Orient pétrolier à la Méditerranée, l'impérialisme menace tous les peuples, et notamment celui de l'Iran.</p> <p>La situation actuelle en Palestine et au Moyen-Orient ne peut être comprise indépendamment de la situation mondiale. La crise qui se développe en Europe a une portée mondiale. C'est en Europe, berceau du capitalisme, que s'exprime de la manière la plus spectaculaire la marche à la transformation de la plus grave crise qu'ait connue le système capitaliste en crise mondiale généralisée. En effet, l'intervention du FMI pour “aider” l'Europe sur injonction américaine traduit la panique qui saisit cette administration devant les risques d'une crise se généralisant à toute la planète et frappant de plein fouet les Etats-Unis eux-mêmes. L'impérialisme américain, même s'il est l'impérialisme dominant, ne peut prétendre à lui tout seul assurer l'ordre mondial. Il a besoin de supplétifs pour ce faire. Il a besoin des impérialismes européens — ce qui a pris la forme un temps du Quartette — comme il a besoin de l'Etat d'Israël et d'un certain nombre de gouvernements arabes.</p> <p>Cette crise du système capitaliste qui ne cesse de s'approfondir et de s'aggraver se reflète dans la crise qui divise entre eux les différents secteurs des cercles dirigeants de la classe capitaliste, crise qui s'exprime dans les contradictions en son sein, qui à leur tour trouvent leur expression dans la politique israélienne. Le gouvernement Obama, qui prétendait rompre avec la politique militariste du gouvernement Bush, cherche en vain, pour parvenir aux mêmes résultats d'accaparement des richesses et de maintien de la domination impérialiste dans la région et le monde comme le démontre la guerre en Afghanistan, à rééquilibrer les rapports entre les régimes arabes et Israël, à se désembourber de l'Irak. Mais il se heurte à ses propres contradictions, à celles de la bourgeoisie américaine.</p> <p>C'est cette situation qui permet au régime sioniste, avec l'appui de fractions de la bourgeoisie américaine, d'aller plus avant dans une politique de terre brûlée, de guerre et de massacres.</p> <h3 class="spip">La seule solution conforme au droit des peuples à disposer d'eux-mêmes </h3> <p>La preuve est faite. S'adresser à l'impérialisme pour qu'il “sanctionne” l'Etat d'Israël, pour qu'il fasse pression sur ses dirigeants, pour qu'il aboutisse à un accord “équitable” entre l'Autorité palestinienne et l'Etat sioniste, c'est par avance accepter qu'il n'y aura jamais de règlement de la question palestinienne. C'est accepter le maintien de l'Etat d'Israël, qui engendre la violence.</p> <p>La seule solution est celle que la IVe Internationale défend depuis 1947-1948, quand les dirigeants de l'impérialisme américain et ceux de la bureaucratie stalinienne du Kremlin ont décidé le partage de la Palestine, expulsant les deux tiers du peuple palestinien pour créer l'Etat d'Israël. Cette position, prise il y a 60 ans contre la partition de la Palestine, pour l'Assemblée constituante souveraine, pour une Palestine libre, laïque et démocratique dans laquelle Juifs et Arabes, citoyens d'une République palestinienne, pourraient vivre à égalité dans un seul Etat, demeure d'actualité. Mais le temps presse. L'oppression et la violence peuvent conduire à une situation inextricable pour les masses juives d'Israël.</p> <p>Il n'y a qu'une seule voie pour faire taire la violence et la guerre en Palestine, c'est que les droits imprescriptibles du peuple palestinien à la nation soient respectés, à commencer par le droit au retour, qui constitue l'exigence fondamentale unifiant le peuple palestinien dans son combat contre l'impérialisme.</p> <p>La IVe Internationale réaffirme : par leur résistance, par leur lutte de classe, les peuples se dressent contre l'impérialisme. La solution ne réside pas dans la politique américaine, l'ONU, l'Union européenne, les institutions internationales. Elles sont toutes complices de la politique de l'impérialisme américain parce qu'elles sont toutes fondées pour respecter l'ordre social lié à l'existence de la propriété privée des moyens de production. Et c'est précisément cette propriété privée des moyens de production qui est le fondement de la domination impérialiste. Celle-ci cherche à satisfaire sa recherche du profit, du pillage du pétrole au Moyen-Orient, et donc de la nécessaire recherche pour elle de la “sécurité de l'extraction énergétique”.</p> <p>La constitution d'un seul Etat sur tous les territoires historiques de la Palestine constituerait immédiatement dans un même élan révolutionnaire un appel d'air pour tous les peuples de la région. L'ensemble des régimes arabes inféodés à l'impérialisme craignent autant que les dirigeants sionistes la révolution palestinienne. C'est pourquoi les uns comme les autres se subordonnent à l'impérialisme américain.</p> <p>La IVe Internationale refuse de joindre sa voix aux forces “de gauche” et “d'extrême gauche” “panarabistes” et “panislamistes”, qui, à l'échelle mondiale, prétendent soutenir le peuple palestinien en appuyant la position de deux Etats, proposant pour cela des initiatives en direction de l'Union européenne ou de l'ONU pour qu'ils fournissent une médiation, car elles ne font que relayer la politique de l'impérialisme américain et des sionistes subsidiaires de celle-ci.</p> <p>La IVe Internationale répond que l'issue ne réside pas dans une médiation des institutions internationales et des Etats impérialistes, mais dans la mobilisation des peuples aux côtés du peuple palestinien.</p> <p>De même, la IVe Internationale rejette tous les discours qui évoquent un prétendu conflit communautaire ethnique. Non, il s'agit du droit des peuples.</p> <p>Répétons-le, pour la IVe Internationale, le combat du peuple palestinien est l'une des expressions les plus avancées du combat des peuples du monde entier pour se débarrasser de l'oppression et de l'exploitation. Nous réaffirmons que la seule voie pour conquérir la souveraineté des nations ne peut être assurée que par les travailleurs en alliance avec les paysans et les masses déshéritées.</p> <p>La IVe Internationale réaffirme :<strong><br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> levée immédiat du blocus de Gaza ; <br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> droit au retour pour tous les réfugiés dans leur village d'origine ;<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> un seul Etat, libre, laïque et démocratique sur tout le territoire de la Palestine, où tout citoyen pourra jouir de droits égaux, indépendamment de ses origines, de sa religion et de sa culture. </strong></p></div> HAITI : L'impérialisme américain, profitant de la tragédie du peuple haïtien, envahit l'île et menace tous les peuples du monde http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article101 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?article101 2010-01-21T17:29:00Z text/html fr Devan <p>L'administration américaine, présidée par Barack Obama, profitant de l'énorme tragédie qui frappe la nation haïtienne, qui a provoqué des dizaines et dizaines de milliers de morts et ravagé le pays tout entier, a décidé d'occuper militairement l'île : tout est sous contrôle de l'armée américaine. 10 000 GI's sont déjà sur place. Le Pentagone annonce l'envoi de 4000 soldats supplémentaires.<br class='autobr' /> B. Obama, dans une déclaration, a dit notamment : « Nous avons déployé une des plus vastes opérations de secours de (...)</p> - <a href="http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique7" rel="directory">Déclarations</a> <div class='rss_date' align='right'>21 janvier 2010</div> <div class='rss_texte'><p>L'administration américaine, présidée par Barack Obama, profitant de l'énorme tragédie qui frappe la nation haïtienne, qui a provoqué des dizaines et dizaines de milliers de morts et ravagé le pays tout entier, a décidé d'occuper militairement l'île : tout est sous contrôle de l'armée américaine. 10 000 GI's sont déjà sur place. Le Pentagone annonce l'envoi de 4000 soldats supplémentaires.</p> <p>B. Obama, dans une déclaration, a dit notamment : « Nous avons déployé une des plus vastes opérations de secours de l'histoire récente. J'ai donné pour instructions aux responsables des différentes agences du gouvernement fédéral de faire de cette opération notre priorité. Nous mobilisons actuellement tous les éléments de notre capacité nationale. Les ressources des agences de développement, la puissance de nos forces armées et surtout la compassion du peuple américain… Cela renforce notre leadership. » (Publiée dans Neesweek, le 19 janvier 2010 et dans plusieurs journaux internationaux.)</p> <p>Au même moment, quatre hélicoptères débarquaient une centaine de soldats de la 82e division aéroportée pour occuper le Palais présidentiel haïtien, symbole majeur du pouvoir. La bannière étoilée flottait sur l'aéroport de Port-au-Prince, aucun avion même médicalisé ne peut y atterrir sans la permission des autorités américaines, la plupart des vivres qui arrivent s'entassent sur le tarmac et personne ne les distribue.</p> <p>Une véritable opération aérienne, maritime et terrestre, dénommée “Sentry Vigilante” a été lancée par le Pentagone, le Département d'Etat sous la houlette de la Secrétaire d'Etat Hillary Clinton. Selon le journal anglais The Telegraph, l'Administration américaine a dessiné un plan d'urgence pour contrôler la migration massive en provenance d'Haïti. Le département de la sécurité intérieure des Etats-Unis est en train d'habiliter des centres de rétention dans l'Etat de Floride et sur la base de Guantanamo, base militaire américaine à Cuba.</p> <h3 class="spip">Il s'agit d'un saut qualitatif dans la mise en place d'un nouvel ordre mondial</h3> <p>C'est cela le sens de l'intervention américaine. Profitant de la terrible tragédie du peuple haïtien, l'Administration américaine met tout le pays sous tutelle par les moyens les plus brutaux et menace tous les peuples du monde, toutes les nations latino-américaines qui luttent pour leur souveraineté, pour nationaliser leurs ressources et contrôler leur destin. Au même moment, elle s'attaque aux travailleurs et au peuple nord-américain qui avaient mis tous leurs espoirs dans l'élection d'Obama.</p> <p>En effet, comme produit de l'effroyable crise que traverse le régime de la propriété privée des moyens de production, avec son cortège de centaines de milliers de licenciements, d'expulsions des travailleurs de leur logement, Obama tente d'établir l'union sacrée entre les dirigeants du Parti républicain et du Parti démocrate, les deux partis de la bourgeoisie américaine, pour cautionner sa politique de guerre et de pillage de tous les peuples du monde à commencer par le peuple nord-américain.</p> <p>Il réunit autour lui Bill Clinton et George Bush au nom de la reconstruction d'Haïti. Mais qui peut croire un seul instant que Clinton et Bush vont aider à reconstruire quoi que ce soit ?</p> <p>Bill Clinton qui, en 1994, a organisé l'opération “Restaurer l'espoir” en Somalie, dont le résultat a été la destruction du pays, livré aux multinationales en lien étroit avec les seigneurs de la guerre ? Bill Clinton, qui est lui-même l'envoyé spécial de l'ONU pour Haïti et co-responsable de l'action de la MINUSTAH qui occupe le pays depuis avril 2004 ?</p> <p>Qui peut croire que George Bush pourrait aider à reconstruire Haïti, lui le massacreur de l'Irak et de l'Afghanistan, lui qui, dans son propre pays, aux Etats-Unis, lors de l'ouragan Katrina en août 2005, qui a détruit la Nouvelle-Orléans, provoquant des milliers de morts, 800 000 déplacés, a envoyé la garde nationale pour réprimer la population qui demandait de l'aide et des secours ?</p> <p>Répétons-le : pour essayer de surmonter la crise du régime de la propriété privée des moyens de production, l'impérialisme américain est disposé à utiliser son énorme appareil militaire, plus de 800 bases dans le monde entier, pour approfondir le pillage de tous les peuples.</p> <p>C'est au même moment que les espoirs d'une véritable réforme de la santé aux Etats-Unis sont en train d'être réduits à néant, et que l'Administration Obama exige l'allégeance de tous les gouvernements. Le président Sarkozy mardi 19 janvier, comme le président tournant de l'Union européenne, José Luis Zapatero, dans son discours au Parlement européen du 20 janvier 2010, ont salué et soutenu inconditionnellement l'effort américain.</p> <p>Mais que les masses haïtiennes qui entourent le Palais présidentiel à Port-au-Prince, aient commencé à crier “Yankee, go home !”, démontre que les travailleurs et les peuples du monde sont loin d'accepter le diktat américain.</p> <h3 class="spip">La MINUSTAH avait préparé le terrain. </h3> <p>Aujourd'hui, l'impérialisme américain veut aller plus loin.</p> <p>Le 29 février 2004, un commando de l'armée américaine a organisé un coup d'Etat en Haïti, a expulsé le président Aristide avec le soutien et la complicité du gouvernement français Villepin et d'autres gouvernements. Haïti a sombré dans le chaos. Cela a permis au Conseil de sécurité de l'ONU, en avril de la même année, d'organiser la MINUSTAH, mission en principe destinée à maintenir la paix en Haïti, mais qui a pris le contrôle militaire, politique et économique du pays depuis cette date.</p> <p>La MINUSTAH est composée de détachements d'armées de 40 pays, notamment de l'armée brésilienne qui assure le contingent le plus important et la direction sur place.</p> <p>Depuis avril 2004, l'Entente internationale des travailleurs et des peuples (EIT) et l'Association des travailleurs et des peuples de la Caraïbe (ATPC), en coordination avec une vingtaine d'organisations politiques et syndicales haïtiennes, ont mené une campagne continue pour le retrait de la MINUSTAH et le recouvrement de la souveraineté nationale d'Haïti.</p> <p>Plusieurs conférences, délégations sur place, commissions d'enquête ont été organisées qui ont démontré, preuves à l'appui, que l'action de la MINUSTAH a été un élément de destruction d'Haïti, de ses services publics, d'attaques contre les libertés démocratiques, de violences et de répression.</p> <p>Les ouragans de l'été 2008, la totale incapacité de la MINUSTAH à organiser un quelconque sauvetage des populations, ont confirmé tragiquement cette réalité. Aujourd'hui, le manque total de réponse organisée par la MINUSTAH aux conséquences du tremblement de terre confirme une fois de plus ce verdict. La destruction du pays, poursuivie par la MINUSTAH, a préparé le terrain à l'armée américaine.</p> <p>Le mouvement ouvrier officiel à l'échelle internationale a vu avec complaisance l'action de la MINUSTAH en raison du fait que c'était le gouvernement Lula, issu du PT du Brésil, qui y apportait sa caution, et que différents gouvernements dits progressistes comme ceux de la Bolivie et de l'Equateur y participent, de même que le gouvernement Zapatero d'Espagne.</p> <p>Il faut ajouter aussi que ni le gouvernement cubain, ni le gouvernement vénézuélien de Chavez n'ont condamné la MINUSTAH. Pourtant, la campagne organisée par l'Entente internationale des travailleurs a connu le soutien de nombreux militants et responsables syndicaux à l'échelle internationale.</p> <p>Pour Haïti et pour tous les peuples du monde, la seule issue, en particulier pour reconstruire la pays, c'est le recouvrement de sa souveraineté nationale et d'abord se libérer des troupes d'occupation étrangères.</p> <p>Pour toutes les organisations qui se réclament de la classe ouvrière à l'échelle mondiale, il n'y a pas d'autre possibilité si elles veulent rester fidèles au combat pour la démocratie et le droit des peuples, que d'agir en toute indépendance par rapport à l'administration Obama et ses plans.</p> <h3 class="spip">Socialisme ou barbarie</h3> <p>Face à la politique de destruction organisée par l'impérialisme américain au nom de la survie du régime décomposé de la propriété privée des moyens de production, la seule issue pour les travailleurs et les peuples du monde entier, c'est le combat avec leurs organisations pour l'expropriation du capital, pour le recouvrement de la souveraineté nationale et leur indépendance, pour la réorganisation de la société sur un nouvel axe, libéré de l'oppression et de l'exploitation.</p> <p>C'est la seule manière de porter un coup d'arrêt à la barbarie organisée par l'impérialisme américain et tous les gouvernements qui s'y soumettent.</p> <p>Le peuple haïtien, comme tous les peuples du monde, en particulier du continent américain et de la Caraïbe, a l'expérience et les traditions pour poursuivre le long combat pour sa souveraineté, pour établir l'union des nations souveraines de la Caraïbe dans le cadre d'une fédération des nations libres du continent latino-américain, en solidarité étroite avec les travailleurs et le peuple nord-américain et leurs organisations.</p> <p>La IVe Internationale et ses sections qui participent à l'activité à l'échelle mondiale de l'Entente internationale des travailleurs et des peuples, organisatrice en novembre prochain, à Alger (Algérie) d'une Conférence mondiale ouverte contre la guerre et l'exploitation, soutient inconditionnellement tous les efforts du peuple haïtien et de ses organisations pour reconstruire le pays et se libérer de l'invasion américaine.</p> <p>La IVe Internationale participe au combat pour l'aide directe des organisations syndicales et populaires entre elles, comme l'a décidé la CUT du Brésil.</p> <p><strong>La IVe Internationale rend hommage et apporte tout son soutien aux militants trotskystes en Haïti qui, de longue date, mènent un combat dans leur pays pour les droits des travailleurs et la souveraineté de la nation, à tous les militants et organisations qui travaillent avec l'Entente internationale, et aux jeunes camarades qui poursuivent le combat.</p> <p>La IVe Internationale et ses sections mènent campagne partout dans le monde pour :<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Le retrait immédiat des troupes d'occupation américaines et la dissolution de la MINUSTAH<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Le rétablissement de la souveraineté nationale en Haïti, condition de sa reconstruction<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> L'annulation immédiate de toute la dette externe<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Des médecins, des infirmières, des ingénieurs… pas des soldats !<br /><img src="http://www.quatrieme-internationale.org/local/cache-vignettes/L8xH11/puce-cebf5.gif" width='8' height='11' class='puce' alt="-" /> Ouverture de toutes les frontières des Etats auxquels les citoyens haïtiens souhaitent accéder !</strong></p> <p>Le secrétariat international de la IVe Internationale,</p></div> La Vérité n° 76 http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique38&lang= http://www.quatrieme-internationale.org/spip.php?rubrique38&lang= 2013-12-17T18:13:29Z text/html fr La Vérité n° 76 (oui|=={oui}|?{' ',''}) <div class='rss_texte'><h1>La Vérité n° 76</h1><ul></ul> </div> </a></div>